NOUVELLES
26/06/2015 17:38 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

Dean Del Mastro, condamné à un mois de prison, est libéré en attendant l'appel

PETERBOROUGH, Ont. - Après avoir passé une nuit en cellule, l'ex-député conservateur ontarien Dean Del Mastro, condamné jeudi à un mois de prison pour fraudes électorales, a obtenu vendredi sa libération sous caution, en attendant la suite des procédures en appel.La défense a plaidé vendredi, en Cour supérieure, que Del Mastro, âgé de 44 ans, ne représentait aucun danger pour la société et que son appel n'avait rien de farfelu; la Couronne ne s'est par ailleurs aucunement opposée à sa libération. Le juge Drew Gunsolus a estimé qu'il ne serait pas dans l'intérêt public de maintenir Del Mastro en prison, et il a fixé la caution à 5000 $.L'ancien secrétaire parlementaire du premier ministre Stephen Harper a ensuite pu quitter le palais de justice de Peterborough en toute liberté — il était arrivé vendredi matin menottes aux poignets.À l'issue du procès, l'an dernier, la Cour de l'Ontario a déterminé que l'ex-député de Peterborough avait délibérément dépassé le montant maximal de dépenses autorisé par la loi électorale, qu'il avait omis de déclarer une contribution personnelle de 21 000 $ à sa propre campagne de 2008, et qu'il avait sciemment remis un document falsifié.Estimant que Del Mastro avait «triché» et «menti», la juge l'a condamné jeudi, pour les deux premières offenses, à deux peines d'un mois de prison, à purger simultanément. La falsification de documents lui a par ailleurs valu une peine supplémentaire de quatre mois d'emprisonnement mais avec sursis — il sera quand même assigné à résidence pendant ces quatre mois.Son avocat avait aussitôt annoncé, jeudi, qu'il ferait appel du verdict même, et il a donc demandé vendredi la libération sous caution de son client en attendant la suite des procédures.Del Mastro clame toujours son innocence — il soutient que le verdict de culpabilité n'est qu'une question d'opinion. Son avocat, Leo Adler, a indiqué qu'il plaiderait en appel les «erreurs substantielles» commises par la juge de première instance — il a d'ailleurs fait remarquer qu'aussi bien le juge Gunsolus que la Couronne avaient admis, vendredi matin, que l'appel n'était pas farfelu.Élu pour la première fois aux Communes en 2006, Dean Del Mastro avait siégé comme député «indépendant conservateur» après le dépôt des accusations, en septembre 2013. Il a démissionné lorsqu'il a été formellement reconnu coupable le 31 octobre dernier.C'est lui qui prenait la parole à la place de son chef, en Chambre, pour toute question relative aux allégations de fraudes électorales visant les conservateurs — notamment le stratagème des appels automatisés qui induisaient en erreur les électeurs sur l'adresse de leur bureau de scrutin.