NOUVELLES
26/06/2015 12:47 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

Copa América/Brésil-Paraguay: le lourd passé du stade de Concepcion

Brésil et Paraguay fouleront samedi en quarts de finale de Copa America la pelouse du stade du Concepcion, dans le sud du Chili, enceinte de sinistre mémoire utilisée comme centre de torture et de détention durant la dictature d'Augusto Pinochet.

Sous les 30.421 fauteuils jaunes et bleus, un douloureux passé reste présent: comme le Nacional de Santiago et celui de Playa Ancha à Valparaiso, le stade Ester Roa a servi de centre de détention sous la junte militaire (1973-1990), qui a fait plus de 3.000 morts.

"Ca été un centre de détention pour de nombreuses personnes dont l'unique faute était de penser différemment du régime militaire, où il y a eu des tortures (...) Il est important de le rappeler pour les générations futures, pas dans un esprit de revanche, pour que cela ne se reproduise jamais", a expliqué à l'AFP Alvaro Ortiz, le maire de Concepcion.

Sans connaître leur destination ni savoir s'ils reverraient leurs familles, les détenus arrivaient en camion dans les stades chiliens, où ils restaient enfermés des semaines dans les lugubres couloirs sous les gradins. Après les mauvais traitements, certains ont été exécutés.

Le stade Nacional de Santiago a ainsi vu passer dans ses couloirs près de 20.000 prisonniers politiques.

Celui de Concepcion a dû faire peau neuve pour pouvoir accueillir des rencontres de la Copa America, à l'issue d'un long et chaotique parcours du combattant entamé il y a une dizaine d'années et émaillé d'annulations d'appels d'offres.

Après une course contre la montre qui a laissé craindre qu'il ne soit pas livré à temps, le stade Ester Roa est finalement terminé à plus de 96%, assez pour abriter des matches.

"Beaucoup pensaient que nous ne serions pas à la Copa America, mais ici nous sommes prêts pour le match Brésil-Paraguay", s'est félicitée jeudi la présidente chilienne Michelle Bachelet lors de l'inauguration du stade.

jt/msa/ol/hdz/kn/pcz