NOUVELLES
26/06/2015 10:26 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

Accord historique entre le Saint-Siège et les Palestiniens

Le Saint-Siège et les Palestiniens ont signé vendredi au Vatican un accord historique sur les droits de l'Eglise catholique dans les territoires, qui mécontente Israël dont le gouvernement se refuse toujours à signer un traité équivalent.

Ce texte a été paraphé au Vatican par le secrétaire pour les relations avec les Etats, le prélat britannique Paul Richard Gallagher, et par le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki.

Même si le Vatican parle d'"Etat de Palestine" depuis début 2013, à la suite d'un vote de l'Assemblée générale de l'ONU, les Palestiniens constatent que cette signature équivaut à "une reconnaissance de facto" de leur Etat.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a "regretté cette mesure précipitée", qui "nuit à la perspective de faire avancer un accord de paix" et "porte atteinte aux efforts internationaux visant à convaincre l'Autorité palestinienne de revenir à des négociations directes avec Israël".

"Israël étudiera ses implications sur la coopération future (...) (avec) le Vatican", a-t-il encore souligné.

Selon des sources proches du dossier à Rome, le Saint-Siège a dû résister à des fortes pressions d'Israël, visant à empêcher cette signature, qui a menacé de faire capoter les négociations en vue d'un accord similaire entre le Vatican et l'Etat israélien.

Le traité a été élaboré à partir d'un accord de base conclu en 2000 entre le Vatican et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

M. al-Maliki a qualifié la journée d'"historique", car l'accord "n'aurait pas été possible sans la bénédiction" du pape François.

Ce texte, a-t-il souligné, définit "le statut spécial de la Palestine comme lieu de naissance du christianisme et comme berceau des religions monothéistes" et garantit "le statut et la protection des lieux saints" chrétiens.

- Exercice délicat -

"C'est mon espoir, a déclaré de son côté Mgr Gallagher, que cet accord puisse jouer le rôle d'un stimulant pour qu'il puisse être mis fin définitivement au conflit (israélo-palestinien) qui a duré trop longtemps" et que "la solution tant désirée de deux Etats puisse devenir réalité le plus vite possible".

Mgr Gallagher a encore espéré qu'il "servirait de modèle pour d'autres pays majoritairement arabes et musulmans", la liberté religieuse étant souvent menacée au Moyen-Orient.

Pour l'OLP, l'accord fait du Vatican le 136e pays à avoir reconnu l'Etat de Palestine.

Le Saint-Siège, qui a des relations diplomatiques avec Israël depuis 1993, négocie également depuis 1999 un accord sur les droits juridiques et patrimoniaux des congrégations catholiques dans l'Etat hébreu, dont leurs exonérations fiscales. Mais chaque rencontre semestrielle se solde par un échec.

Le Vatican mène un exercice diplomatique délicat entre Israël et les Palestiniens, des communautés catholiques étant implantées des deux côtés dans ce berceau du christianisme qui reste lieu important de pèlerinage.

D'un côté, il veut éviter de froisser Israël et de réveiller les reproches liés au rôle de l'Eglise dans l'histoire de l'antijudaïsme en Europe.

Mais il a toujours milité pour une solution à deux Etats, pour un statut spécial reconnu à Jérusalem, ville des trois monothéismes, et pour les droits des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza.

- Paul VI en 1975: un "peuple" palestinien -

Le premier pape à avoir affirmé que les Palestiniens formaient un "peuple" et non simplement un groupe de réfugiés a été Paul VI en 1975.

En 1987, Jean Paul II avait nommé pour la première fois un Arabe palestinien comme patriarche latin de Jérusalem, Mgr Michel Sabbah, une voix forte pour faire entendre la voix des Palestiniens sous l'occupation israélienne.

La même année, il avait reçu le président de l'OLP, Yasser Arafat, au Vatican.

Le début du processus de paix entre Palestiniens et Israéliens avait amené le Saint-Siège à établir des relations avec Israël en 1993 et avec l'OLP en 1994.

Paul VI en 1964, Jean Paul II en 2000, Benoît XVI en 2009, et François en 2014 se sont tous rendus en Terre Sainte.

Lors de sa visite, François avait fait un arrêt impromptu devant le mur de séparation côté palestinien, un geste très mal perçu côté israélien.

En mai, sur une place Saint-Pierre où flottaient des drapeaux palestiniens, il avait canonisé en présence de M. Abbas les premières saintes palestiniennes, Mariam Bawardi (1846-1878) et Marie-Alphonsine Ghattas (1843-1927).

jlv/ob/abk