NOUVELLES
25/06/2015 13:22 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Un vice-président du Burundi quitte le pays après avoir critiqué le président

BUJUMBURA, Burundi - Le deuxième vice-président du Burundi dit avoir quitté le pays parce qu'il craignait pour sa vie. Gervais Rufyikiri, à l'instar de nombreux manifestants au pays, s'était opposé à la volonté du président de solliciter un troisième mandat.Le politicien aurait trouvé refuge à Bruxelles, en Belgique, la semaine dernière, a-t-il révélé jeudi lors d'un entretien avec la radio publique française Radio France Internationale (RFI). M. Rufyikiri a affirmé qu'il n'avait pas encore démissionné officiellement.Sur Twitter, Willy Nyamitwe, un conseiller du président Pierre Nkurunziza, a confirmé que l'homme avait pris la fuite.Les militants pour les droits de la personne estiment qu'au moins 77 personnes ont perdu la vie lors des manifestations contre le président Nkurunziza, qui sera candidat pour la troisième fois aux élections présidentielles du 15 juillet.Les détracteurs du président croient qu'il ne peut pas se présenter une troisième fois en vertu de la constitution, qui limite à deux le nombre de mandats. La cour constitutionnelle avait malgré tout approuvé sa candidature au début du mois de mai.Les partisans de M. Nkurunziza avancent toutefois qu'il peut se présenter une troisième fois puisqu'il avait été désigné par le Parlement lors de son premier mandat.Par ailleurs, l'ambassade américaine au Burundi a annoncé que 100 universitaires s'étaient réfugiés pacifiquement dans son stationnement pour fuir les violences.La police avait convaincu les étudiants de quitter un site de construction où ils campaient depuis que leur université a fermé ses portes dans la foulée des événements des derniers mois. Ils se sont donc rendus vers l'ambassade américaine. Aucun affrontement n'a éclaté durant l'incident, mais quatre étudiants ont été légèrement blessés, a rapporté l'ambassade par voie de communiqué.