NOUVELLES
25/06/2015 03:17 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Nucléaire: l'Iranien Zarif rejoindra samedi sa délégation à Vienne (agence)

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, rejoindra Vienne samedi matin pour participer aux négociations avec les grandes puissances sur le programme nucléaire de Téhéran, a annoncé jeudi l'agence officielle Irna.

M. Zarif retrouvera l'équipe de négociateurs présente depuis une semaine dans la capitale autrichienne pour tenter de parvenir d'ici au 30 juin à un accord final avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne).

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui se rendra dès vendredi à Vienne, a demandé à l'Iran de répondre aux "questions en suspens" pour trouver un accord définitif sur le programme nucléaire controversé iranien.

"On déterminera dans les derniers jours si oui ou non les questions en suspens sont traitées. Si (l'Iran) n'y répond pas, il n'y aura pas d'accord", a prévenu mercredi le chef de la diplomatie américaine.

Un accord-cadre conclu à Lausanne le 2 avril sert de base au texte définitif qui doit être signé d'ici au 30 juin. Cet accord global doit garantir le caractère pacifique du programme nucléaire de Téhéran en échange d'une levée des sanctions internationales qui affectent l'économie iranienne.

Mais les discussions sont difficiles, l'Iran évoquant des divergences sur plusieurs "questions clés".

Ces négociations signifient plus pour l'Iran que la simple levée des sanctions internationales, a toutefois expliqué le président modéré Hassan Rouhani, qualifiant les discussions diplomatiques de "grand exemple d'une question politique" pouvant être résolue par "les négociations et l'interaction".

"L'un des moyens d'établir et de renforcer notre puissance nationale est le dialogue avec le monde sur les questions politiques", a-t-il déclaré mercredi soir lors d'une cérémonie de rupture du jeûne du ramadan.

"Ce pouvoir d'interaction est l'un des éléments les plus importants de la puissance nationale, a-t-il ajouté. Comme l'a dit le guide suprême, nous voulons négocier. Nous ne voulons pas juste prendre une posture mais nous recherchons un accord équitable à travers des discussions sérieuses".

Mardi, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait répété les "lignes rouges" de l'Iran dans ces négociations, exigeant la levée "immédiate" des sanctions internationales en cas d'accord final et réitérant son refus de toute inspection des "sites militaires" iraniens.

an/cyj/bpe