NOUVELLES
25/06/2015 13:00 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Mode homme à Paris: la colère de Rick Owens, l'exotisme d'Issey Miyake et Louis Vuitton

La colère du créateur Rick Owens contre son mannequin vedette qui s'en prend à Angela Merkel en plein défilé, la faune exotique de Louis Vuitton et les perruches d'Issey Miyake: temps forts des collections de prêt-à-porter masculin printemps-été 2016, jeudi à Paris.

Le défilé Rick Owens fait encore des vagues

"Je suis furieux!" Le créateur américain Rick Owens n'a pas du tout apprécié l'initiative d'un de ses mannequins, qui a déployé un message ciblant la chancelière allemande en plein défilé.

Devant les photographes, le jeune homme a déplié un bout de tissu: "Please kill Angela Merkel - not" (que l'on peut traduire en français par "S'il vous plaît tuez Angela Merkel - non je plaisante").

L'incident est survenu six mois après le buzz suscité par le dernier show du créateur, qui avait fait défiler des mannequins au sexe dénudé.

Mais cette fois, "ce n'était pas prévu" insiste le créateur. "Ce n'était pas mon idée, je l'ai frappé (le mannequin) lorsqu'il est arrivé en coulisses. Il est ma muse masculine depuis douze ans alors il s'est cru autorisé à faire une chose pareille en plein show", a déclaré à l'AFP Rick Owens à l'issue du défilé.

La maison Rick Owens a publié un communiqué pour décliner "toute responsabilité dans cet acte de protestation" de la part d'un de ses modèles.

L'incident a quelque peu éclipsé le défilé, pourtant spectaculaire. Sur le thème des "cyclopes", Rick Owens a présenté des modèles dont la tête et le visage étaient recouverts d'une volumineuse masse de cheveux formant un cylindre vers l'avant, à l'allure de créatures monstrueuses.

L'Américain, connu pour son travail sur le cuir, a décliné la veste militaire américaine pour une collection teintée par l'esprit de "rébellion, contre-culture et manifestation anti-guerre". Les bras sont dénudés, les tuniques s'arrêtent au genou et d'épaisses boots noires complètent la silhouette.

Camouflages et sandales chez Kolor

L'univers militaire a aussi inspiré le créateur japonais Junichi Abe pour le défilé Kolor, avec des couleurs sourdes et des imprimés camouflage. Les matières sont tantôt froissées, rigides, tantôt fluides. Les chaussettes se portent jusqu'à mi-mollet. Mais le modèle star est un mix entre la chaussure de randonnée et la sandale.

L'exotisme chic de Louis Vuitton

"Volez, voguez, voyagez": le slogan, repris d'une publicité Louis Vuitton des années 1960, s'imprime sur le dos d'un blouson soyeux ou le devant d'un pull de la collection présentée par le directeur artistique Kim Jones, sous les yeux de Kanye West et au son de la musique de Nile Rodgers.

A mi-chemin entre sportswear et tenues traditionnelles du sud-est asiatique, entre chemises de touriste et vestes de baseball, la collection fait une large place à la soie, aux broderies et au cuir. Le rouge vermillon côtoie le bleu marine, sur les blousons et chemises, qui se parent d'imprimés d'inspiration asiatique, de fleurs et d'oiseaux exotiques.

Issey Miyake, entre Tokyo et Mexico

Du côté d'Issey Miyake aussi les oiseaux étaient à l'honneur: le jeune créateur japonais Yusuke Takahashi a emprunté à son compatriote photographe Yoshinori Mizutani ses perruches perchées sur des fils pour les imprimer sur des chemisettes aux couleurs vives. Elles sont portées sur des bermudas ou des pantacourts bouffants.

Le créateur a trouvé l'inspiration à Tokyo et Mexico, deux capitales "où la nature se heurte à la ville à chaque coin de rue". Des images abstraites de Tokyo sont imprimées sur les shorts, sacs ou foulards. Tandis que l'influence de l'architecte mexicain Luis Barragán ("ses couleurs, ses structures simples") se reflètent dans les lignes fluides de vestes longues, parfois sans manches, ou de combinaisons fuchsia.

alm-fio/fmi/blb/tsz