POLITIQUE
25/06/2015 07:51 EDT

Menacée de mort, la mairesse de Longueuil est protégée par la police

Marie-Ève Maheu/Radio-Canada

Le Service de police de Longueuil assure une vigilance accrue pour rassurer la mairesse Caroline St-Hilaire. Une vigie est aussi en place sur Internet. Elle a reçu des menaces de mort à la suite de la controverse sur le français et l'anglais au conseil municipal.

Un texte de Thomas Gerbet

Caroline St-Hilaire maintient un contact régulier avec le chef de police depuis hier, en raison de menaces à son intégrité physique proférées sur les médias sociaux. Sans avoir de garde du corps en permanence, elle pourra à sa demande bénéficier d'un accompagnement du service de police, qui s'informe maintenant de ses déplacements.

Mme St-Hilaire a confirmé ces information sur sa page Facebook ce matin. « J'ai reçu des commentaires haineux et des insultes depuis la publication de mon statut mardi sur l'usage du français à l'Hôtel de Ville de Longueuil. Ces tentatives d'intimidation ne sont pas passées inaperçues et font l'objet d'une vigie constante », écrit-elle.

La mairesse réitère que la Ville de Longueuil est, depuis toujours, une ville juridiquement francophone et elle « dit non à l'intimidation ». Elle demande aux gens d'éviter les débats haineux et irrespectueux.

Le débat sur la langue du conseil municipal de Longueuil a soulevé les passions et fait couler beaucoup d'encre au Canada. Après sa prise de position contre le bilinguisme revendiqué par le chef de l'opposition, la mairesse a reçu près de 1000 commentaires.

Parmi eux : un grand nombre sont des messages d'appui, mais il y a aussi des propos haineux, des insultes et même des menaces de mort.

Le chef de l'opposition au conseil municipal, Robert Myles, tient à s'exprimer dans les deux langues et à traduire toutes ses déclarations par respect pour la minorité anglophone. Sauf que 96 % des citoyens de la municipalité comprennent le français et Longueuil ne fait pas l'objet d'une reconnaissance bilingue permise par la Charte de la langue française.

« Nous sommes au Québec et les délibérations au conseil de ville doivent se dérouler en français. La Ville de Longueuil n'est pas une administration bilingue, point final. » — La mairesse de Longueuil sur sa page Facebook, mardi

Ce qui m'irrite dans les propos du chef de l'opposition et président de l'arrondissement de Greenfield Park, c'est qu'il...

Posted by Caroline St-Hilaire on Tuesday, June 23, 2015

La loi 101 exige des services en français, mais n'empêche pas de tout traduire en anglais. Il s'agit d'un « trou » dans la loi selon la mairesse. De son côté, le gouvernement de Québec ne veut pas rouvrir la Charte et ménage la chèvre et le choux dans le dossier.

D'autres personnalités politiques québécoises ont été victimes de menaces de mort sur Internet ces derniers mois, dont Pierre Karl Péladeau et Pauline Marois.

Myles dit être lui-même pris à partie

Dans un communiqué publié jeudi, M. Myles dénonce « toutes formes de menaces » à l'endroit de Mme Saint-Hilaire. « Personne n'a le droit de menacer la vie d'un élu », affirme-t-il.

« Je suis moi-même victime d'insultes et d'intimidation depuis le début de cette saga et je dirais même depuis le début de mon mandat, en décembre 2013, à titre de chef de l'opposition. » — Robert Myles

La mairesse Saint-Hilaire, poursuit-il, « semble être victime de l'effet boomerang concernant la controverse anglais-français qu'elle et les membres de son équipe Action Longueuil ont lancé ».

« Je respecte tous les citoyens de Longueuil et parce que je respecte tous les citoyens de Longueuil, je continuerai à m'exprimer aux réunions du conseil de ville de Longueuil en français et en anglais comme je l'ai toujours fait », précise M. Myles.

« Je crois qu'il est irresponsable de la part de la mairesse de Longueuil, d'ouvrir cette boîte de Pandore, a-t-il ajouté. Cela n'a jamais été un problème dans le passé et je ne parviens pas à comprendre pourquoi il est devenu nécessaire de le faire maintenant pour l'administration St-Hilaire. »

M. Myles affirme qu'il commence toujours ses allocutions en français, mais qu'il peut bel et bien s'adresser aux citoyens en anglais par la suite, parce qu'il est également président de l'arrondissement de Greenfield Park, qui a un statut bilingue.