NOUVELLES
25/06/2015 15:32 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Le groupe Pussy Riot lancera les activités de la fierté gaie à Toronto

TORONTO - La première fois que Nadya Tolokonnikova et Maria Alyokhina de Pussy Riot ont assisté à une célébration de la fierté gaie en Amérique du Nord, elles se sont senties bien loin de chez elles.«C'était merveilleux», a déclaré Tolokonnikova, décrivant la levée du drapeau lors des festivités de la fierté gaie, à Boston.«Je ne m'attendais pas à voir autant de dirigeants (impliqués) dans les activités de la fierté gaie. Comme vous pouvez l'imaginer, en Russie, nous n'avons aucune idée qu'il puisse en être ainsi.»«Même le maire a assisté à la levée du drapeau — c'était très bien.»La civilité des célébrations était certes à l'opposé de ce que Tolokonnikova avait connu chez elle.Elle se souvient particulièrement de l'année 2011, lorsqu'elle a été arrêtée à un événement de la fierté gaie et transportée dans la même camionnette que les opposants «chrétiens», qui se seraient immédiatement attaqués à la personne qui l'accompagnait.«Il y avait environ 50 personnes qui assistaient (à l'événement) et plusieurs dizaines qui s'y sont rendues uniquement pour battre des homosexuels», a-t-elle raconté.Pussy Riot sera au-devant du défilé lors du 35e anniversaire de Toronto Pride, dimanche. Il ne s'agira pas de la première visite du groupe au Canada, et Tolokonnikova avait été très impressionnée lors de son dernier séjour. «J'aime beaucoup le système de santé», a-t-elle indiqué.Lorsqu'elle voyage en Amérique du Nord, les résidants locaux lui posent toujours la même question.«Ils demandent si nous avons peur à Moscou, a-t-elle confié. Mais je suis à Moscou en ce moment et je n'ai pas peur.»Nadya Tolokonnikova a discuté avec La Presse Canadienne du militantisme de Pussy Riot, de nouvelle musique et de sa participation à l'émission «House of Cards», qui a fait beaucoup parler en Russie.La Presse Canadienne: Après avoir passé 18 mois en prison, vous avez lancé le groupe de défense des droits des prisonniers Zona Prava. Avez-vous été inspirées par ce que vous avez observé en prison?Nadya Tolokonnikova: Nous avons de très mauvaises conditions dans nos prisons, et nous avons participé à plusieurs grèves de la faim parce que nous voulions aider les gens autour de nous. Si vous parlez de droits en prison, vous aurez de très gros problèmes. Vous serez punis. Vous ne pouvez parler de vos droits que si vous avez un avocat, et c'est ce que notre organisation fait, nous fournissons des avocats aux détenus.———PC: «I Can't Breathe», votre première chanson en anglais, a été écrite après le décès d'Eric Garner, cet homme non armé qui est mort étranglé par le policier qui l'avait arrêté à New York.NT: Nous sommes allées à New York pour enregistrer des chansons en anglais, et nous nous sommes retrouvées au beau milieu des manifestations. Nous avons passé la nuit à cette manifestation. Nous avons été inspirées par ces gens, leur dévouement à la cause, et nous avons décidé de faire notre propre déclaration.———PC: Dans la vidéo, vous êtes enterrée vivante. Comment s'est passé le tournage?NT: Ça n'a pas été la pire expérience de notre vie. Des arrestations, deux années en prison, ce ne sont pas de bonnes expériences non plus. (Le tournage) a été correct, comparativement aux prisons russes.———PC: Le groupe a fait une apparition dans la dernière saison de la série «House of Cards», qui mettait en scène un personnage ressemblant au (président russe Vladimir) Poutine. On dit que l'émission est populaire en Russie...NT: «House of Cards» est très populaire en Russie. C'était une façon intéressante d'atteindre la population russe, avec «House of Cards» parce que l'émission a très bonne réputation ici.———PC: Quelle a été la réaction?NT: Certains ont beaucoup critiqué nos talents d'actrices, mais nous ne sommes pas du tout des actrices! Pour eux, c'était plutôt étonnant. La Russie n'est pas comme l'Occident, en Russie, nous sommes toujours un petit groupe méconnu. À cause de la propagande sur les principales chaînes et notre histoire judiciaire, les gens croient que nous sommes des sorcières, que nous sommes contre les chrétiens et que nous voulons détruire la Russie, et certains le croient réellement. Pas tous, mais certains. Ces personnes ont été très surprises de nous voir dans une importante émission comme «House of Cards». J'espère que cela leur permettra de comprendre comment sont réellement les choses et que Vladimir Poutine n'est pas aussi bon qu'il ne veut en donner l'impression.———PC: Êtes-vous bien à Hollywood?NT: C'est seulement Hollywood. Je suis bien parce que (Hollywood) peut nous aider. Nous aider à atteindre nos objectifs — et notre objectif est de nous débarrasser de Vladimir Poutine.