NOUVELLES
25/06/2015 11:10 EDT | Actualisé 25/06/2015 11:21 EDT

La carte des langues du Canada est différente sans le français et l'anglais

The 10 and 3

Sortez les anglophones et les francophones du Canada et vous avez un pays vraiment différent.

Des analystes de données de The 10 and 3 ont tenté l’expérience, en produisant une carte interactive qui montre quelles langues sont le plus parlées à la maison, en excluant les langues officielles du pays.

(Cliquez ici pour voir la version interactive)

Ils ont élaboré la carte en séparant le pays par « division de recensement ». Ils ont ensuite déterminé la popularité d’une langue en regardant le nombre de personnes qui l’emploient à la maison dans chaque secteur.

Dans une grande partie du pays, la langue la plus parlée à la maison est une variante de langues autochtones traditionnelles, telles que l’inuktitut, le cri, le déné et l’ojibway. C’est particulièrement vrai dans les provinces du Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest, au Manitoba, dans le nord de l’Ontario, du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador.

Si vous supposez que les langues autochtones sont les seules utilisées dans les zones du nord du Canada, vous avez tort. Le tagalog et l’arabe sont parmi les langues les plus parlées au nord-ouest du pays.

La recherche de The 10 and 3 a démontré que la prévalence de l’arabe dans certaines parties des Territoires du Nord-Ouest est seulement d’un pour cent. Mais, si on élimine l’anglais et le français, ce taux grimpe à 32%.

La ville Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) compte une communauté de musulmans qui s’est agrandie depuis le début des années 90 en raison des opportunités économiques dans le secteur, selon le Toronto Star.

La communauté a tellement pris de l’ampleur qu’une mosquée avec un minaret de 10 mètres, surnommée la « petite mosquée dans la toundra », a été construite en 2010. Certains l’ont appelée la mosquée la plus septentrionale du monde, même si des demandes ont également été formulées pour ériger des maisons de culte en Sibérie et en Norvège, a noté le Toronto Star.

Le tagalog est employé dans 27% des foyers dans les Territoires du Nord-Ouest, si on ne compte pas les francophones ni les anglophones. Ce pourcentage atteint 21% au Yukon.

Les Philippins forment la plus grande population de citoyens nés à l’étranger dans le nord du Canada, avait rapporté le Globe and Mail. Les gens de ce pays insulaire se sont déplacés pour trouver un emploi qui leur permet d'envoyer de l'argent à leur famille, qui habite dans un pays où le revenu annuel moyen des ménages est d'environ 5000$.

Comme pour les musulmans d’Inuvik, leur communauté a augmenté considérablement, passant d’environ 630 personnes au Yukon à un nombre qui pourrait avoir triplé en 2014.

Whitehorse, la capitale du Yukon, est le foyer d’un restaurant, d'un magasin, et d'une offre généreuse en journaux philippins. En plus, la Philippine Jocelyn Curteanu siège au conseil municipal de la ville.

Mais le nord du Canada n’est pas le seul endroit où l'on trouve une forte concentration de langues autres que les officielles.

Le yiddish (langue germanique) a une prévalence de 32% dans les Laurentides, au Québec, malgré son statut précaire ailleurs dans le monde. Et l’allemand est devenu une langue importante dans le nord de l'Alberta, avec une prévalence de 56%.

Selon Statistique Canada, plus de 200 langues sont parlées au Canada. Quelles langues autres que le français ou l’anglais entendez-vous chaque jour?

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les 25 langues les plus parlées à la maison par les immigrants au Canada (2013) Voyez les images