NOUVELLES
25/06/2015 09:12 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

La Finlande veut accélérer la mobilisation de ses réservistes

L'armée finlandaise a annoncé jeudi préparer un système de mobilisation accélérée de ses réservistes du fait de la crise en Ukraine et des besoins de sécurité du pays, voisin de la Russie.

Les militaires ont commencé à sonder les réservistes pour savoir "s'ils sont prêts à rejoindre nos troupes plus rapidement que ne l'exige la loi, soit trois mois", a indiqué à l'AFP le colonel Mika Kalliomaa, chargé des relations avec la presse. Il s'est refusé à tout commentaire sur les troupes concernées ou les tâches prévues pour ces réservistes.

La Finlande, qui n'est pas membre de l'Otan, a une frontière de 1.340 kilomètres avec la Russie.

Interrogé sur le lien entre cette mesure et l'actuel conflit en Ukraine, le colonel Kalliomaa a répondu qu'il y en avait effectivement un. "Le contexte sécuritaire autour de la Finlande et en Europe a changé (...). Tous ces changements dans le contexte ont commencé avec la crise" en Ukraine, a-t-il dit.

La Finlande avait déjà indiqué en mai avoir écrit à près d'un million de réservistes en vue d'une "meilleure communication". "Cela n'a pas trait à la situation de sécurité", avait alors dit le colonel Kalliomaa.

La possible accélération de l'appel est "une chose que nous faisons pour nous assurer que notre préparation sera suffisamment rapide", a-t-il expliqué jeudi.

La conscription est obligatoire pour les hommes en Finlande, qui restent réservistes jusqu'à l'âge de 60 ans.

La Finlande a noté ces dernières années une augmentation de l'activité militaire russe près de sa frontière, dans et au-dessus de la mer Baltique, y compris des violations de l'espace aérien.

Fin avril, la Marine finlandaise avait tiré une série de coups de semonce dans ses eaux territoriales au large d'Helsinki, afin de chasser un éventuel sous-marin. Malgré les spéculations sur une possible incursion russe, l'enquête des garde-côtes n'avait pas permis d'identifier l'origine des sons suspects qui avaient poussé les militaires à agir.

str-po/hh/mct