NOUVELLES
25/06/2015 03:37 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

La Corée du Sud joue la dépense publique pour soutenir la croissance ralentie

Le gouvernement sud-coréen a annoncé jeudi 15.000 milliards de wons (12 milliards d'euros) de dépenses supplémentaires afin de soutenir la croissance ralentie par la baisse des exportations et l'épidémie de Mers qui déprime les consommateurs.

Le gouvernement de la quatrième économie d'Asie a également corrigé à la baisse sa prévision de croissance du Produit intérieur brut (PIB) pour l'année en cours, à 3,1% contre 3,8% estimés jusqu'ici.

Après la réduction à un plus bas historique de 1,5% du principal taux directeur de la banque centrale (BOK) début juin, le ministre des Finances Choi Kyung-Hwan a estimé qu'un coup de pouce de l'Etat était indispensable pour contrecarrer les effets dévastateurs de l'épidémie de Mers sur la confiance des consommateurs et des entreprises.

Selon lui, l'épidémie, qui a fait 29 morts depuis le premier cas diagnostiqué le 20 mai, pourrait grever la croissance annuelle de 0,3 point de pourcentage.

"L'économie est lestée par le Mers qui a fortement réduit la consommation et les activités de service", les Sud-Coréens désertant les centres commerciaux, les restaurants, les stades ou les cinémas de peur d'être contaminés, a justifié le ministre.

"Nous pourrons dire que nous avons surmonté la crise du Mers si notre économie rebondit", a-t-il déclaré.

Le gouvernement, qui va émettre des obligations pour financer ses mesures de soutien, va notamment augmenter la dotation aux collectivités territoriales pour des projets d'infrastructure.

La BOK avait déjà procédé à une baisse du loyer de l'argent, invoquant la faiblesse de la demande intérieure et le recul des exportations qui représentent plus de la moitié de son PIB. Elles ont encore diminué de 10,9% en valeur en mai sur un an, le recul mensuel le plus marqué depuis près de six ans.

En cause: le ralentissement de la croissance chinoise, le marasme économique en Europe et le renchérissement du won, dont le cours a atteint en mai son plus haut niveau face au yen en sept ans et en avril depuis neuf ans face à l'euro.

Selon le ministère, les exportations reculeront de 1,5% en 2015 par rapport à 2014.

ckp/lim/iw/gab/ev/jh

BOK HOLDINGS