NOUVELLES
25/06/2015 08:03 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

L'Alberta double son prix sur le carbone

Le gouvernement néo-démocrate de l'Alberta resserre les règles de réduction des émissions des gaz à effet de serre et double son prix sur le carbone pour les gros émetteurs d'ici deux ans.

Un texte de Tiphanie Roquette

Dans la province, toutes les industries qui produisent plus de 100 000 tonnes de dioxyde de carbone doivent réduire l'intensité énergétique de 12 %. Si elles n'atteignent pas cet objectif, elles doivent payer 15 $ la tonne dans un fonds appelé Climate change and emission management qui développe l'innovation technologique.

L'Alberta augmente graduellement son objectif de réduction et le paiement du carbone dans le fonds :

  • En 2016, les grandes entreprises devront réduire leur intensité d'émissions de 15 %. Sinon, le prix à payer sera de 20 $ la tonne de carbone.
  • En 2017, le taux de réduction sera augmenté à 20 % et le prix de la tonne de carbone sera de 30 $.

Des progrès insuffisants

L'Alberta espère ainsi que ces nouvelles règles diminuent les émissions de gaz à effet de serre d'une mégatonne supplémentaire en 2016 et de quatre mégatonnes additionnelles en 2017.

Au total, avec le resserrement de ces règles, la province devrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 13 mégatonnes en 2017, encore loin de son objectif de réduction de 50 mégatonnes d'ici 2020.

Si aucune entreprise n'atteint les objectifs de réduction d'intensité d'émissions, le fonds de gestion des émissions pourrait collecter 170 millions de dollars supplémentaires. Il se situe aujourd'hui à près de 578 millions de dollars.

L'Alberta a mis en place sa politique de gestion des émissions des gaz à effet de serre et de changement climatique en 2003. Une série de règlements qui s'y étaient ajoutés devait cependant arriver à expiration à la fin du mois. La nouvelle ministre de l'Environnement, Shannon Phillips, avait cependant promis de dévoiler une partie de sa stratégie pour lutter contre le réchauffement climatique avant la date fatidique.