NOUVELLES
25/06/2015 18:07 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Inauguration d'une nouvelle aérogare à Kinshasa pour plus de sécurité et de confort

Le président congolais Joseph Kabila a inauguré jeudi à Kinshasa la nouvelle aérogare et la nouvelle tour de contrôle censées améliorer la sécurité aérienne et l'accueil des passagers à l'aéroport international de Ndjili, ont constaté des journalistes de l'AFP.

M. Kabila a coupé le ruban à l'extérieur de ce bâtiment de 10.000 m2, en présence de plusieurs autorités politiques, religieuses et coutumières.

Commencés en 2011, les travaux de construction de la nouvelle aérogare et de son bloc technique (tour de contrôle, caserne anti-incendie et centrale électrique) ont été réalisés par la société française Alpha Airport (intégration des systèmes aéroportuaires) et l'entreprise de construction chinoise Sinohydro.

D'un coût de 79,5 millions de dollars, l'ouvrage a été financé à 86% par la Banque africaine de développement (BAD), et à 14% par l'État congolais.

La nouvelle aérogare devrait entrer pleinement en service d'ici à la fin du mois de juillet.

La mise en service de la tour de contrôle est soumise, elle, à la qualification des contrôleurs aériens pour le nouveau matériel dont elle dispose et devrait intervenir avant la fin de l'année.

La nouvelle aérogare "c'est la sûreté, d'abord parce que nous avons la possibilité de détecter les explosifs qui sont dans les bagages et fret", a déclaré Justin Kalumba, ajoutant que l'automatisation permettrait d'éliminer "70% du désordre" observé dans cet aéroport grouillant.

L'aéroport de Ndjili a été ouvert en 1956, quatre ans avant l'indépendance de ce qui était alors le Congo belge.

Les infrastructures aéroportuaires du pays ont souffert des années de gabegie de la dictature de Mobutu Sese Seko (1965-1997) et des deux guerres qui ont ravagé le Congo entre 1996 et 2003. Elles sont dans l'ensemble dans un état de délabrement avancé rendant périlleux les trajets en avion.

Les nouvelles installations de l'aéroport de Kinshasa procèdent d'un plan des autorités pour améliorer le transport aérien dans un pays de plus de 2 millions de km2 dont de nombreuses régions sont enclavées fautes de voies de communication.

Pour la BAD, ces réformes sont encourageantes mais les défis encore importants.

La RDC, dont toutes les compagnies aériennes locales sont interdites dans les cieux européen et américain, s'apprête à lancer une nouvelle compagnie publique, Congo Airways, dont le vol inaugural, un temps prévu pour le 30 juin, jour de la fête de l'Indépendance, pourrait avoir lieu en août, selon une source proche du dossier.

mbb/mj/jhd