NOUVELLES
25/06/2015 08:57 EDT | Actualisé 25/06/2015 08:58 EDT

Ebola : une étude confirme la fiabilité d'un test de diagnostic rapide autorisé par l'OMS

ASSOCIATED PRESS
This undated colorized transmission electron micrograph image made available by the CDC shows an Ebola virus virion. For the first time, Ebola has been discovered inside the eyes of a patient months after the virus was gone from his blood, according to a report published in the New England Journal of Medicine on Thursday, May 7, 2015. (Frederick Murphy/CDC via AP)

Un test de diagnostic rapide du virus Ebola, autorisé depuis février par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), s'est avéré aussi fiable que la méthode classique de diagnostic, selon une étude publiée vendredi dans la revue médicale britannique The Lancet.

Le test, baptisé ReEBOV et produit par la société américaine Corgenix a été testé en février sur 105 patients suspectés d'avoir été infectés par le virus dans deux centres médicaux sierra-léonais ainsi que sur 284 échantillons sanguins récupérés en laboratoire.

Les résultats ont été comparés à ceux obtenus par la méthode traditionnelle qui consiste à effectuer un prélèvement et à l'envoyer, de manière sécurisée, dans un laboratoire spécialisé où le virus est détecté grâce à un procédé qui permet de déceler le matériel génétique du virus (test RT-PCR).

Cette méthode peut prendre jusqu'à plusieurs jours et fait notamment courir des risques au personnel chargé de la collecte, du transport et du test proprement dit.

Le test ReEBOV en revanche dure seulement une quinzaine de minutes. Il consiste à déposer une goutte de sang prélevée sur le doigt d'un patient sur une bande de papier et à la placer dans un tube à essai contenant des anticorps qui capturent une protéine spécifique du virus.

Le test rapide a permis de détecter tous les cas positifs identifiés par la méthode traditionnelle, mais seulement 92% des cas négatifs.

Les chercheurs conduits par le Dr Nina Pollock du Children's Hospital à Boston, ont également découvert que le test RT-PCR n'était pas une référence complètement fiable, dans la mesure où un petit nombre d'infections détectées à la fois par le test ReEBOV et un autre test traditionnel lui ont échappé.

Le test ReEBOV est le premier test rapide à avoir bénéficié d'une autorisation d'utilisation d'urgence de la part de l'OMS et de l'agence américaine chargée des médicaments (FDA).

Mais plusieurs autres tests rapides sont actuellement en cours de développement ou d'expérimentation. C'est notamment le cas d'un test rapide développé par l'Institut Pasteur de Dakar et qui fait l'objet de tests en Guinée.

Une équipe de chercheurs japonais a pour sa part annoncé en avril avoir confirmé la fiabilité d'un test de détection du virus en moins de 12 minutes mis au point par le Pr Jiro Yasuda.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • James et Tamah Mulbah
    James et Tamah Mulbah
    John Moore via Getty Images
    James Mulbah, 2 ans, pose avec sa mère, Tamah Mulbah, 28 ans, qui a aussi guéri d'Ebola dans la section à risque bas du centre d etraitement, le 16 octobre 2014 à Paynesville, Liberia.
  • Benetha Coleman
    Benetha Coleman
    John Moore via Getty Images
    Benetha Coleman, 24 ans, le 16 octobre 2014 à Paynesville. Elle déclare que son mari et ses deux enfants ont succombé à l'épidémie.
  • Jeremra Cooper
    Jeremra Cooper
    John Moore via Getty Images
    Jeremra Cooper, 16 ans, se protège de la chaleur, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Il dit avoir perdu six membres de sa famille à cause de l'épidémie et s'être remis après un mois.
  • Zaizay Mulbah et Mark Jerry
    Zaizay Mulbah et Mark Jerry
    John Moore via Getty Images
    Zaizay Mulbah, 34 ans, et Mark Jerry, 30 ans, attendent de commencer leurs heures de travail au centre de traitement de Médecins sans frontières, le 12 octobre 2014 à Paynesville.
  • Eric Forkpa
    Eric Forkpa
    John Moore via Getty Images
    Eric Forkpa, 23 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Cet étudiant en ingénierie déclare avoir été contaminé par son oncle, qui lui a succombé. Il a passé 18 jours au centre de traitement.
  • Emanuel Jolo
    Emanuel Jolo
    John Moore via Getty Images
    Emanuel Jolo, 19 ans, dans le centre de traitement de Paynesville, le 16 octobre 2014. Il a perdu six membres de sa famille et aurait été contaminé en lavant le corps de son père.
  • Sontay Massaley
    Sontay Massaley
    John Moore via Getty Images
    Sontay Massaley, 37 ans, sort du centre de traitement le 12 octobre 2014, à Paynesville. Elle travaillait comme vendeuse de rue avant d'attraper le virus.
  • Victoria Masah
    Victoria Masah
    John Moore via Getty Images
    Victoria Masah, 28 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Son mari et deux de ses enfants seraient morts d'Ebola.
  • Abrahim Quota
    Abrahim Quota
    John Moore via Getty Images
    Abrahim Quota, 5 ans, devant le centre de traitement JFK de Monrovia, le 13 octobre 2014. Il était arrivé deux jours auparavant au centre avec ses parents, tous deux décédés depuis.
  • Lassana Jabeteh
    Lassana Jabeteh
    John Moore via Getty Images
    Lassana Jabeteh, 36 ans, avant de commencer sa journée en tant que garde-malade au centre de traitement de Paynesville, le 12 octobre 2014. Ce chauffeur de taxi dit avoir contracté le virus en transportant un policier infecté qui a vomi dans sa voiture sur le chemin de l'hôpital.