NOUVELLES
25/06/2015 13:08 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Discussions "stratégiques" entre l'Egypte et les Etats-Unis fin juillet

L'Egypte et les Etats-Unis tiendront des "discussions stratégiques" les 28 et 29 juillet, a annoncé jeudi la présidence au Caire, les relations entre les deux alliés ayant connu un réchauffement après des tensions.

Les Etats-Unis ont levé fin mars le gel de leur assistance militaire de 1,3 milliard de dollars par an au Caire, tout en continuant de dénoncer la terrible répression frappant les partisans de l'ancien président islamiste Mohamed Morsi.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui s'est entretenu par téléphone avec le chef de la diplomatie américaine John Kerry, a annoncé "la tenue de nouvelles discussions stratégiques entre l'Egypte et les Etats-Unis les 28 et 29 juillet", a indiqué la présidence dans un communiqué.

M. Sissi, ex-chef de l'armée et architecte de la destitution de M. Morsi, "a dit attendre de ces discussions qu'elles enrichissent les relations stratégiques des deux pays dans différents domaines", d'après la même source.

La destitution de M. Morsi en juillet 2013 et la sanglante répression lancée contre ses partisans ont déclenché des tensions entre Washington et Le Caire.

Washington avait initialement conditionné la reprise de son aide militaire à des réformes démocratiques dans le plus peuplé des pays arabes. Mais le rôle incontournable de l'Egypte qui se pose désormais en fer de lance régional dans la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI), a poussé la Maison Blanche à infléchir sa position.

Le Caire participe aussi activement à la coalition menée par l'Arabie Saoudite qui bombarde au Yémen des positions des rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran.

Lundi, l'ambassade américaine au Caire avait annoncé la livraison à l'Egypte de deux patrouilleurs lance-missiles qui doivent aider le pays à assurer "la sécurité régionale" et à "lutter contre le terrorisme".

De son côté, M. Kerry "s'est réjoui de rencontrer prochainement le président, dans le but de discuter de nouvelles idées pour faire avancer les efforts de paix au Moyen-Orient", selon le communiqué de la présidence égyptienne. Il a souligné "l'expertise profonde de l'Egypte concernant la résolution de la cause palestinienne".

Les efforts de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort depuis l'échec d'une initiative diplomatique américaine en avril 2014.

tgg/cnp