NOUVELLES
25/06/2015 14:24 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

Corruption/USA: Petrobras demande le rejet d'une action en nom collectif

Petrobras a demandé jeudi à la justice américaine de rejeter une action en nom collectif d'investisseurs estimant avoir été lésés dans le cadre de la vaste affaire de corruption éclaboussant le groupe pétrolier brésilien depuis de nombreux mois.

Pendant une intervention chronométrée devant un juge de Manhattan (New York), Roger Cooper, l'avocat du groupe, a expliqué que la fraude dénoncée était le fait de la "mauvaise gestion" d'une poignée de responsables et ne pouvait être imputée au groupe.

Par conséquent, il enjoignait le juge Jed Rakoff auprès duquel les plaignants, essentiellement des particuliers et des fonds de pension américains et européens, ont déposé leur plainte, de rejeter celle-ci.

Ces fonds ont investi dans Petrobras par le biais des produits financiers complexes ABS, acquis auprès de courtiers américains à un prix élevé parce que fondés sur la valeur estimée des actifs de l'entreprise brésilienne à l'époque.

Or, depuis l'éclatement du scandale, Petrobras a dû déprécier des actifs, ce qui a réduit son bilan et causé des pertes dans les portefeuilles de nombreux investisseurs.

"Les résultats de l'entreprise ont été gonflés artificiellement. Ce qui sous-entend qu'il y avait un système de fraude mis en place", a appuyé jeudi maître Jeremy Lieberman, l'un des conseils des plaignants.

Le juge Rakoff a annoncé qu'il allait rendre sa décision dans les deux prochaines semaines.

Petrobras est au centre d'une enquête sur un vaste réseau de corruption baptisé "Operacion Lava Jato (nettoyage automobile)" au Brésil.

Le scandale politico-financier implique un cartel, formé de grandes entreprises qui signaient des contrats avec le géant pétrolier et pouvaient surfacturer leurs prestations en échange de pots-de-vin versés à des dirigeants de la compagnie ainsi qu'aux partis de la coalition de centre gauche au pouvoir.

Selon les enquêteurs, le réseau aurait détourné jusqu'à quatre milliards de dollars en une décennie. Un audit effectué par la société PricewaterhouseCoopers a chiffré à 6,2 milliards de reales (quelques 2,060 milliards de dollars) le préjudice. La justice brésilienne a assuré de son côté que quelque 360 millions de dollars seraient récupérés.

lo/jdy/sha

PETROBRAS - PETROLEO BRASILEIRO