Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Essai routier Range Rover Sport SVR 2015 : un monstre (PHOTOS)

Dans le monde des véhicules utilitaires sport haute performance, les BMW X5M, Porsche Cayenne Turbo (et Turbo S) et Mercedes-Benz ML63 AMG (bientôt GLE 63 AMG S) se livrent une chaude lutte depuis quelques années déjà. Mais voilà que cette année un nouveau modèle vient bouleverser quelque peu ce segment d’exception. Il s’agit du Range Rover Sport SVR qui s'avère être ni plus ni moins qu’un monstre, tout simplement.

Propulsé par un V8 de 5,0 litres suralimenté, son comportement a été ajusté sur le célèbre circuit Nürburgring en Allemagne. C’est le même moteur que l’on retrouve dans le Range Rover Sport Supercharged, mais les ingénieurs de la marque anglaise ont retravaillé la motorisation afin d’obtenir une puissance de 550 chevaux et 502 lb-pi de couple, soit 40 chevaux et 41 lb-pi de plus que la version Supercharged.

Le résultat final est un VUS intermédiaire en mesure d’atteindre 100 km/h en 4,7 secondes en route vers une vitesse de pointe de 260 km/h. Il est également doté de freins Brembo qui procurent des arrêts convaincants, malgré la taille imposante du modèle. Une boîte de transmission automatique à huit rapports pouvant être contrôlée par des palettes de changement de vitesse montées sur le volant est la seule option au catalogue. Cette dernière transmet toute la puissance du moteur aux quatre roues, comme il se doit dans un VUS de luxe, surtout un qui provient de Land Rover.

Car même si la personnalité de la version SVR est mieux adaptée à un circuit routier qu’à un sentier hors route, les ingénieurs de Range Rover ont tout de même voulu permettre aux propriétaires de s’aventurer dans les bois. Il est donc toujours possible d’ajuster la garde au sol du véhicule afin de passer au-dessus des branches et des roches sans tout arracher. Il y a une boîte de transfert à gamme basse et le différentiel central peut être verrouillé.

Cela dit, je ne me suis pas aventuré dans la forêt avec le Range Rover Sport SVR. Il faut savoir que ce bolide est offert à un prix tout aussi élevé que sa puissance. En effet, il faut prévoir 124 990 $ pour avoir la chance d’en mettre un dans le garage, plus 1 800 $ pour la peinture Estoril Blue de notre modèle d’essai. À ce prix, nous pouvons avoir trois Jeeps Wrangler tout aussi efficaces (sinon plus) loin des sentiers battus et il nous restera suffisamment d’argent pour faire le tour de l’Europe pendant un mois.

Ce que le Wrangler ne peut pas faire par contre, c’est offrir une poussée d’adrénaline aussi intense lorsque l’on écrase la pédale droite. Le Range Rover Sport SVR est très rapide, autant sur papier qu’en réalité, mais ce qui impressionne le plus est sans contredit la sonorité du moteur. Nous avons droit ici à un VUS qui pousse le même son qu’une voiture exotique.

J’ai trouvé plusieurs similitudes entre le bruit du moteur du SVR en pleine accélération et celui de la Jaguar F-Type ou encore les versions AMG des voitures Mercedes-Benz. D’ailleurs, seul le GLE 63 AMG S essayé récemment est en mesure de rivaliser en ce qui concerne le bruit du moteur. Le Cayenne Turbo et le X5M ne sont pas dans le coup à ce niveau même si leur puissance est tout aussi élevée.

Ce que j’ai particulièrement aimé est que le son ne semble aucunement artificiel. Les quatre embouts d’échappement imposants laissent sortir des bruits aléatoires qui passent d’un craquement électrique à un grondement de muscle en fonction de la manière dont vous modulez l’accélérateur. Bref, pour tout amateur de véhicules performants, conduire le Range Rover Sport SVR est une expérience auditive unique qui sera adorée.

À l’intérieur, la console centrale est reprise du Range Rover Sport « normal » ce qui veut dire que c’est sobre et pas trop compliqué, et la majorité des fonctions se contrôlent par l’entremise d’un écran central tactile. Il faut parfois passer quelques menus avant d’atteindre des commandes qui pourraient être plus facilement accessibles, mais le propriétaire s’habituera après quelques semaines.

L’espace à l’avant est sans reproche, tandis qu’à l’arrière l’espace pour les jambes est un peu plus petit que ce que l’on voudrait dans un véhicule aussi imposant. C'est toutefois comparable à ce que l’on retrouve dans un Cayenne, un X5 ou un GLE. Le coffre est quant à lui en mesure d’accueillir 874 litres avec tous les sièges en place, un volume équivalent ou supérieur à la majorité des véhicules de même catégorie.

Malgré sa suspension plus ferme, le Range Rover Sport SVR demeure un véhicule agréable au quotidien. Les sièges sport sont spécifiquement conçus pour le SVR et ils s'avèrent confortables tout en offrant amplement de support latéral.

Au niveau de l’équipement, le SVR est très bien équipé avec le volant et les sièges chauffants à l'avant et à l'arrière, la climatisation à trois zones, le toit ouvrant panoramique, le pare-brise chauffant, du cuir partout, des jantes de 21 pouces, le système de navigation, un système audio Meridian à 19 haut-parleurs, et plus encore. Il faut cependant payer plus si l’on veut quelques éléments de sécurité actifs comme le régulateur de vitesse adaptatif et le dispositif de prévention des sorties de voie. Un système de stationnement automatique est également en option. Tout équipé, votre Range Rover Sport SVR 2015 vous coutera plus de 150 000 $ avec les taxes.

Et ça, c’est le problème de ce modèle. Car pour moins vous obtenez des véhicules tout aussi performants et surtout, mieux établis. Tout le monde connait le Cayenne et le BMW X5, et vous vous faites remarquer quand vous conduisez un Cayenne Turbo. Avec le Range Rover Sport SVR, certains pourraient croire qu’ils seront en mesure de se démarquer dans la circulation, mais en réalité il s'agit du premier modèle de la gamme à porter ces trois lettres, et personne ne sait ce que vous avez entre les mains.

Tout cela est un aspect positif du véhicule pour plusieurs personnes, mais pour d’autres qui veulent se faire regarder au volant de leur véhicule le SVR n’est pas le choix à prioriser. Malgré les ajustements apportés à la silhouette, il demeure relativement anonyme.

Je n’ai pas encore parlé de consommation de carburant. En réalité, j’essaie d’oublier. Ma semaine avec le Range Rover Sport SVR s’est terminée avec une consommation moyenne de 21,6 litres aux 100 kilomètres. Oui, j’avoue avoir exploité à répétition les performances du véhicule, mais quand même. C’est assez pour nous faire peur même quand le modèle ne nous appartient pas.

Conclusion

Ce qui démarque réellement le Range Rover Sport SVR de ses rivaux est la sonorité du moteur, son habitacle particulièrement luxueux, et son exclusivité. Il doit cependant établir sa réputation relativement à des concurrents que tout le monde connait bien. Il consomme également beaucoup, même comparativement à d’autres modèles similaires tout aussi puissants. De plus, sa diffusion est assez limitée faisant en sorte que vous n’en trouverez peut-être pas chez votre concessionnaire Land Rover. Mais si vous êtes à la recherche de quelque chose d’un peu différent et que vous êtes tannés de rouler en Cayenne Turbo ou en BMW X5M, le SVR de Range Rover mérite votre attention.

Range Rover Sport SVR 2015

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.