NOUVELLES
24/06/2015 10:17 EDT | Actualisé 24/06/2015 10:18 EDT

Écoutes américaines: François Hollande s'indigne d'un espionnage «inacceptable»

ASSOCIATED PRESS
French President Francois Hollande delivers a speech at the Elysee Palace in Paris after a shooting at the Paris headquarters of satirical weekly Charlie Hebdo killing at least 12 people, Wednesday, Jan. 7, 2015. Masked gunmen shouting

Le président français François Hollande a averti mercredi que son pays "ne tolèrerait aucun agissement mettant en cause sa sécurité", jugeant "inacceptable" l'espionnage de trois de ses chefs d'États pendant des années par les États-Unis.

Réunion en urgence d'un Conseil de défense, convocation de l'ambassadrice américaine à Paris, envoi d'un haut responsable du renseignement aux États-Unis: François Hollande a immédiatement réagi après la publication de documents Wikileaks mardi soir par deux médias français mettant en cause Washington.

"Ce qui s'est passé n'est pas acceptable mais ce n'est pas pour autant que l'on va entrer dans une crise", a toutefois tempéré le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, alors que l'ensemble de la classe politique s'indignait de pratiques non tolérables "entre alliés".

Selon les documents publiés par le journal Libération et le site Mediapart, les renseignements américains ont écouté, entre 2006 et 2012 au moins, les trois derniers présidents français: M. Hollande, élu en 2012, et ses deux prédécesseurs de droite, Nicolas Sarkozy (2007-2012) et Jacques Chirac (1995-2007).

L'ancien consultant de l'agence d'écoute américaine NSA, Edward Snowden, exilé en Russie, avait déjà fait des révélations en 2013 portant sur un vaste système de surveillance des conversations téléphoniques et des communications en Allemagne via internet, jusqu'à un téléphone portable de la chancelière Angela Merkel, pendant plusieurs années.

Les nouveaux documents publiés par Wikileaks évoquent des échanges entre responsables français sans, sur le fond, trahir de secrets d'État.

"Les Français ont le droit de savoir que le gouvernement qu'ils ont élu fait l'objet d'une surveillance hostile de la part d'un allié supposé", a écrit sur le site de Wikileaks son fondateur, Julian Assange, reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres depuis trois ans, en promettant d'autres "révélations" prochainement.

La Maison Blanche a assuré que les États-Unis n'écoutaient pas à l'heure actuelle les communications de M. Hollande, sans préciser les opérations qui ont pu être menées dans le passé.

Une crise diplomatique durable entre les deux pays, impliqués côte à côte dans une série de conflits ou de crises dans le monde, est improbable, même si, dans un premier temps, la France semble décider à marquer le coup.

'Inacceptables entre alliés'

L'ambassadrice des États-Unis en France, Jane Hartley, a ainsi été convoquée mercredi à 16H00 GMT par le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Le "coordonnateur national du renseignement", Didier Le Bret, en fonction à l'Élysée, se rendra pour sa part "dans les jours qui viennent" aux États-Unis pour s'entretenir avec l'administration des "dispositions" actées par les deux pays en matière d'espionnage.

Dès le début de matinée, le président socialiste a rassemblé autour de lui son Premier ministre Manuel Valls et ses ministres des Affaires étrangères, de la Défense et de l'Intérieur, accompagnés des plus hauts responsables militaires et des services de renseignement du pays.

M. Hollande devait ensuite recevoir à la mi-journée les principaux responsables du Parlement "pour faire le point" sur le scandale, selon son entourage

La révélation de l'espionnage américain a suscité en France la condamnation unanime de la classe politique, tous bords confondus, de la gauche au pouvoir jusqu'à l'opposition de droite et à l'extrême droite.

Jacques Chirac n'a pas réagi, ni Nicolas Sarkozy, mais, selon son entourage, ce dernier juge "ces méthodes" d'espionnage "inacceptables en règle générale, et plus particulièrement entre alliés".

A droite, le sénateur François Baroin a réclamé "une réponse forte du président" Hollande. "Cette affaire est scandaleuse, il faut demander des explications très claires", a-t-il dit.

"Comment un pays qui place au-dessus de tout les libertés individuelles, peut-il les fouler aux pieds?", s'est interrogé le Parti socialiste au pouvoir à l'adresse de Washington.

La présidente du Front national (extrême droite), Marine Le Pen, et la figure de proue de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, ont réclamé l'arrêt des négociations entre l'Union européenne et les États-Unis sur le traité transatlantique de libre échange (TTIP).

Les révélations sur l'espionnage américain surviennent au moment où la France s'apprête à renforcer la capacité légale d'écoutes de ses propres services de renseignement, dans le cadre d'une loi controversée que le Parlement doit adopter définitivement mercredi.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST