NOUVELLES
24/06/2015 03:25 EDT | Actualisé 24/06/2015 03:39 EDT

Une étude identifie 4 types de cyclistes montréalais

Radio-Canada.ca/René Saint-Louis

Qui sont les adeptes du vélo à Montréal? Une étude du groupe de recherche sur le transport (TRAM) de l'Université McGill brosse quatre portraits-robots des cyclistes.

Une chronique de Pasquale Harrison-Julien

L'équipe composée de l'assistant de recherche Gabriel Damant-Sirois, du professeur en planification urbaine Ahmed El-Geneidy et du moniteur de recherche Michael Grimsrud a mené une consultation en ligne entre mai et juin 2013. Ils ont reçu 2400 réponses qui leur ont servi de base pour leurs analyses.

« L'erreur qu'on fait souvent, c'est de vouloir brosser un seul portrait de cycliste, un portrait homogène. »

— Gabriel Damant-Sirois, assistant de recherche

De l'utilisateur quotidien à celui du dimanche, les quatre types de cyclistes se déclinent ainsi :

  1. L'adepte des pistes cyclables (36 % des répondants) : Motivé par le plaisir de rouler à vélo et par le côté pratique de ce moyen de transport. Le cyclisme fait partie de son identité. Il préfère être séparé de la circulation plutôt que de côtoyer de près les automobiles. Fait intéressant : il affirme souvent que ce sont ses parents qui lui ont appris que le vélo était un mode de transport pratique et sain.
  2. Le « dévoué » (24 %) : Attiré par la rapidité du déplacement, la prévisibilité du trajet et la flexibilité du mouvement. Il est le moins affecté par la météo. Il considère le vélo comme une facette dominante de son identité.
  3. « L'utilitariste » (23 %) : Il roule quand il fait beau, change de moyen de transport lorsqu'il pleut ou qu'il fait froid et fréquente les pistes cyclables. Il ne s'identifie pas nécessairement comme un cycliste.
  4. De « loisir » (17 %) : Affectueusement identifiable comme le cycliste qui porte le lycra. Le vélo comme plaisir, mais pas pour se déplacer. Il veut se sentir en sécurité, particulièrement lorsqu'il roule avec des membres de sa famille. Il n'aime pas pédaler à côté des automobiles.

Homme et femmes à égalité (ou presque)

Près de 50 % des répondants au questionnaire préparé par les chercheurs étaient des femmes, une donnée qui distingue Montréal d'autres villes nord-américaines.

« Plusieurs recherches ont démontré que plus il y a de femmes, plus le réseau est sécuritaire. »

— Gabriel Damant-Sirois

« En Europe, quand on regarde du côté d'Amsterdam ou de Copenhague, il y a plus de femmes que d'hommes qui vont faire du vélo. Tandis que si on regarde du côté de l'Amérique du nord, c'est 80% (d'hommes) », analyse M. Damant-Sirois.

Cette observation n'a d'ailleurs pas échappé à d'autres groupes cyclistes et a contribué à ce que Montréal se classe au 20e rang au palmarès de Copenhagenize.

Le boulevard St-Laurent mal-aimé

Les chercheurs ont aussi demandé aux répondants d'identifier les endroits où il est le plus urgent de sécuriser la voie. Une très grande majorité a mentionné l'importance de créer un axe cycliste nord-sud, près du Mont-Royal, pour permettre à ceux qui travaillent au centre-ville de se déplacer en toute sécurité, vers le sud, comme le nord.

Le boulevard Saint-Laurent a été la voie la plus souvent identifiée comme ayant besoin d'une piste ou d'une bande cyclable (22 %), suivi de la rue Sherbrooke (10 %).

Les rues ayant le plus grand besoin d'une piste ou d'une bande cyclable. Saint-Laurent (en rouge), avenue du Parc (en orange), Saint-Denis (en orange). Photo : TRAM

Seuls 7 % des répondants ont choisi Saint-Denis. C'est pourtant là que la Ville a annoncé, le mois dernier, l'implantation prochaine d'une voie réservée le matin en direction sud et une voie élargie direction nord.

« C'est intéressant, et il faudra voir. Mais je ne pense pas que c'est la solution », croit Gabriel Damant-Sirois.

« L'important pour savoir si une voie est sécuritaire, c'est s'imaginer qu'un enfant pourrait y faire du vélo. Est-ce qu'un enfant pourrait pédaler sur Saint-Denis entre 6 et 9 heures du matin et revenir le soir? »

— Gabriel Damant-Sirois

Un plaidoyer pour écouter les cyclistes

Pour celui qui est aujourd'hui diplômé en urbanisme avec une concentration en transport, Montréal a tout intérêt à prendre note des recommandations formulées par les cyclistes avant qu'un drame ne se produise. Leurs observations de 2013 avaient malheureusement bien anticipé les risques.

« Lorsque la mort de Mathilde Blais a été annoncée [sous le viaduc Saint-Denis en 2014], j'ai trouvé ça vraiment dommage, car l'endroit avait été clairement désigné comme l'un des plus dangereux de Montréal. »

— Gabriel Damant-Sirois

Cet accident aura finalement convaincu les autorités de permettre aux cyclistes de circuler sur le trottoir pour être plus en sécurité.

Galerie photo Vélo fantôme en mémoire de Mathilde Blais Voyez les images