NOUVELLES
23/06/2015 02:53 EDT | Actualisé 23/06/2015 02:54 EDT

L'État islamique détruit deux mausolées musulmans à Palmyre

justHugo/Flickr

Deux mausolées islamiques de la ville syrienne antique de Palmyre, inscrite au Patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO, ont été détruits par le groupe armé État islamique (EI) au cours des derniers jours.

Des photos diffusées par l'EI sur Internet montrent des artificiers installant des explosifs sur les deux monuments funéraires en question, et les ruines qu'il en reste après leur explosion. Le directeur des Antiquités syriennes, Maamoun Abdel Karim, a confirmé l'information.

Le premier mausolée qui a été réduit en cendres est celui de Mohamed Ben Ali. Situé dans une zone montagneuse à quatre kilomètres au nord de Palmyre, il rendait hommage à Mohammad Ben Ali, un descendant de la famille du cousin du prophète Ali Ben Abi Taleb.

L'État islamique a aussi détruit le mausolée détruit de Chkaf, rendant hommage à un religieux de Palmyre, Nizar Abou Bahaeddine. Ce monument, érigé il y a plus de 500 ans, se trouve dans l'oasis de la ville, à 500 mètres de l'Arc de Triomphe.

Selon Maamoun Abdel Karim, le groupe armé État islamique a détruit plus de 50 mausolées vieux de 100 à 200 ans dans les régions qu'il contrôle depuis un an dans le nord et l'est de la Syrie. « Ils considèrent que les mausolées islamiques vont à l'encontre de leurs croyances et ils interdisent toute visite de ces lieux », explique-t-il.

Il y a dix jours, le groupe djihadiste a aussi détruit de nombreuses tombes dans la région. « Tous les tombeaux en marbre avec des fioritures ont été détruits », indique M. Abdel Karim. « Pour eux, les sépultures ne doivent pas être visibles. »

Le wahhabisme, version rigoriste de l'islam sunnite, interdit toute idolatrie, et donc toute visite de sites archéologiques, religieux ou historiques. Le courant religieux proscrit aussi toute intercession d'un saint ou d'un prophète.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme avait annoncé en fin de semaine que le groupe avait miné le site historique, sans pouvoir indiquer si cela traduisait l'intention de les détruire ou simplement de dissuader l'armée syrienne de s'en approcher.

L'armée syrienne s'est effectivement emparée de secteurs proches de Palmyre au cours des derniers jours. La région dans laquelle se trouve la cité antique, appelée Tadmor en arabe, est riche en champs pétroliers et gaziers.

Avant de battre en retraite, l'armée syrienne aurait mis en lieu sûr des centaines de pièces historiques du site de la ville, selon M. Abdel Karim.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo L'État islamique en dix dates Voyez les images