DIVERTISSEMENT
02/04/2015 11:25 EDT | Actualisé 23/06/2015 10:27 EDT

AIM: Festival de musique électronique hors norme (ENTREVUE/VIDÉO)

MONTREAL AIM 2015 LINE UP from Montreal AIM Festival on Vimeo.

Vous en avez sûrement entendu parler entre les branches: le festival de musique électronique AIM, qui vient de dévoiler sa deuxième vague d'artistes, en sera à sa première édition les 26-27 et 28 juin prochains à Saint-André-d’Argenteuil. En quoi se différenciera-t-il des Piknik Électronik, MUTEK et ÎleSoniq?

Tout d'abord avec une programmation solide, qui met de l'avant des DJs établis, mais aussi de la relève, qui ne se montrent pas souvent le nez dans les festivals électroniques montréalais, tels que Tiga, The Martinez Brothers, Jamie XX, Four Tet, Kevin Saunderson, Pig & Dan, Martin Buttrich et Pachanga Boys. Mais surtout avec une envie d'apporter du nouveau sur la scène électronique, comme le nom complet du festival l'indique: Art-Innovation-Mouvement. Entrevue avec le partenaire et directeur artistique, François Le Baron.

Pour celui qui oeuvre dans l'industrie musicale depuis plusieurs années - passant par le Festival Black & Blue en tant que directeur artistique, chez Bonsound comme label manager, Audiogram comme chargé de projet et autres postes - le besoin d'un festival de musique électronique différent était bien présent. «J'ai simplement regardé ce qu'il se passait autour, au Canada, dans le monde. On s'est mis à analyser tout ça: aucun festival montréalais n'offrait le genre de programmation qu'on présente.» Avec son partenaire Michel Tardif, qui est dans l'industrie musicale depuis plus de 25 ans, François Le Baron s'est mis à développer concrètement son idée.

S'évader de Montréal

En choisissant de s'éloigner de Montréal, le festival se permet une nouvelle approche: «On invite les gens à 32 heures de musique, sans arrêt. Les spectateurs peuvent profiter des campings - gratuits ou payants -, des food trucks, des installations. C'est l'endroit parfait pour faire des rencontres, s'imprégner de l'expérience.»

Pour accueillir le festival qui présentera plus de 50 artistes, l'organisation a jeté son dévolu sur le Parc Carillon situé à Saint-André-d’Argenteuil, à quelques minutes de Mirabel. Un site paradisiaque, qui peinait à trouver sa voie. «Le maire de la municipalité, André Jetté, a une vision jeune. C'est un parc qui avait besoin de renouveau, d'être utilisé. On est tombé à point: le parc recueillait justement des idées de projets quand on a proposé AIM.» C'est dire que la vie fait bien les choses: situé au bord de l'eau, jonché de monolithes érigés en l'honneur des combattants de Long Sault, le Parc Carillon est tout désigné pour l'occasion.

Quand on demande à Le Baron qu'elles ont été ses inspirations pour le projet AIM, Le Baron répond sans hésiter: «C'est un mélange d'Osheaga, de Piknik Électronik et de Burning Man. On s'entend: le AIM est unique. Mais on retrouve un peu la même philosophie: le désir de découvrir, la liberté entourant ces événements.»

Le festival de musique électronique AIM - 26, 27 et 28 juin à Saint-André d'Argenteuil. Pour plus d'informations, c'est ici.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST