Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une pétition canadienne force la marque de vêtements Vans à retirer des tablettes un t-shirt offensant

La compagnie de vêtements Vans a dû cesser de vendre un t-shirt montrant un totem fait de cannettes de bière, à la suite de préoccupations sur le fait que le chandail fasse la promotion du stéréotype de « l’Indien alcoolique ».

Chad Girardin, un Métis de Vancouver, a lancé une pétition sur le site Change.org appelant au retrait du t-shirt en question.

L’homme demande aussi des excuses officielles de la compagnie. « Cette image est déplacée et très blessante », a écrit Girardin.

« En créant ce t-shirt, Vans déclare que les cultures autochtones tournent autour de l’alcool et que tous les "Indiens" sont des alcooliques », peut-on lire dans la pétition.

Après trois semaines, la pétition avait rallié plus de 15 000 partisans.

Vans a répondu en retirant son t-shirt des tablettes et de son site web ainsi qu’en s’excusant sur Facebook.

« Comprenez s’il vous plaît que ça n’a jamais été notre intention de créer un sentiment négatif et nous nous excusons sincèrement pour toute offense que vous auriez pu ressentir à cause de ce chandail », a affirmé la compagnie sur Facebook.

Malgré la réponse de Vans, Girardin encourage les gens à continuer à partager sa pétition, car il souhaite des excuses et une action à plus grande échelle.

« J’aimerais voir les politiques changer quand les vêtements contiennent des éléments d’autres cultures, a-t-il écrit. J’aimerais voir un conseiller culturel et c’est ce que je vais leur dire s’ils me contactent. »

Ce n’est toutefois pas parce que Vans l’a retiré de son site web que le t-shirt n’est plus disponible nulle part. Il est toujours en vente sur 35th North, ShopNomads et eBay.

INOLTRE SU HUFFPOST

La controverse et la mode

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.