Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'UE lance une opération navale contre les passeurs dans la Méditerranée

LUXEMBOURG - L'Union européenne a lancé lundi une opération navale pour tenter de mettre fin aux activités des passeurs qui utilisent des rafiots pour transporter des milliers de migrants désespérés vers l'Europe.Plus de 100 000 migrants sont arrivés en Europe depuis le début de l'année, tandis qu'environ 2000 semblent avoir perdu la vie dans la Méditerranée. Des dizaines de navires appareillent depuis la Libye chaque semaine, principalement à destination de l'Italie et de la Grèce.L'opération navale, qui a été officiellement lancée lors d'une rencontre des ministres européens des Affaires étrangères au Luxembourg, se déroulera dans les eaux et l'espace aérien internationaux, en attedant une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et la permission de la Libye d'entre dans ses eaux territoriales.«Nous mettrons en place la première phase de l'opération au cours des prochains jours, a dit la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. Cela consistera à récolter des données et à patrouiller en haute mer pour détecter et surveiller les réseaux de passeurs.»«Nous ne ciblons pas les migrants. Nous ciblons ceux tirent profit de leurs vies et trop souvent de leurs morts», a-t-elle ajouté.Elle a ajouté que l'UE vise à mettre fin aux activités des passeurs en détruisant leurs navires. L'ONU hésite toutefois à appuyer l'opération, puisque des groupes de défense des migrants affirment qu'elle ne fera que priver des gens désespérés d'un moyen pour échapper à la misère. sans pour autant s'attaquer à la source du problème.Il est aussi compliqué d'obtenir la feu vert de la Libye, puisque le pays est divisé entre deux gouvernement rivaux et des centaines de milices lourdement armées.Un diplomate européen a indiqué sous le couvert de l'anonymat que l'opération navale sera menée par le porte-avions léger italien Cavour, appuyé de deux sous-marins, de trois avions de surveillance maritime, de deux drones et de deux hélicoptères.Il a ajouté qu'il ne s'agit pas d'une opération antiterrorisme et qu'il n'est pas question, pour l'instant, de capturer ou de détruire les bateaux des passeurs.Les navires et aéronefs de l'UE participeront aussi, au besoin, à des opérations de secours.Par ailleurs, la Garde côtière grecque a rapporté lundi avoir secouru plus de 1000 migrants dans l'est de la mer Égée entre vendredi matin et lundi matin. Elle dit avoir retrouvé 1161 migrants lors de 37 opérations de recherche et sauvetage. La vaste majorité des migrants qui arrivent en Grèce ne souhaitent pas y rester mais plutôt prendre le chemin de pays européens plus prospères.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.