CANADA QUEBEC
21/06/2015 13:56 EDT | Actualisé 21/06/2015 13:56 EDT

Les peuples autochtones aspirent à une renaissance culturelle

Radio-Canada

Au son des tambours et des danses traditionnelles, la Journée nationale des peuples autochtones a été célébrée dimanche dans plusieurs villes canadiennes. Cette année, les célébrations avaient un caractère particulier en raison du récent rapport de la Commission de vérité et réconciliation qui a conclu que les Autochtones avaient vécu un génocide culturel.

Un texte de Michel Marsolais

Depuis la fin du 19e siècle, plus d'une centaine de milliers d'enfants indiens, inuits et métis ont été arrachés à leur famille pour être envoyés dans des pensionnats religieux afin de forcer leur assimilation. Plusieurs enfants ont alors été victimes d'abus en plus de perdre leurs repères culturels.

En 2011, selon Statistique Canada, seulement 14 % déclaraient avoir une langue autochtone comme langue maternelle.

Pour plusieurs Autochtones, le travail de la Commission de vérité et réconciliation était nécessaire.

« Les regards sont davantage tournés vers la situation des Premières Nations. Mais maintenant, notre rôle est d'aller vers la renaissance culturelle, de regarder vers le futur. En ce sens, la Commission de vérité et réconciliation, son objectif, c'était vraiment de tourner la page, mais il fallait vraiment remplir la page avant de la tourner », explique André Dudemaine, organisateur innu des festivités autochtones qui se sont déroulées sur la place d'Armes à Montréal.

« On espère qu'avec ce qui a été admis, ce qui est vu comme une période historique triste de l'histoire, on ouvre une nouvelle ère de relations entre les Premières Nations et l'ensemble de la population du Canada », poursuit M. Dudemaine.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire.

Trois solitudes

En 2011, on dénombrait 1,4 million d'Autochtones au Canada (environ 850 000 membres des Premières Nations), soit 4,3 % de la population du pays. Une population qui est en forte croissance puisqu'elle a augmenté de près de 20 % depuis 2006.

Les Autochtones ont pour eux la jeunesse : l'âge médian pour les Premières Nations est de 26 ans. Il est de 23 ans pour les Inuit.

Si on a souvent utilisé les termes « deux solitudes » pour parler des relations entre francophones et anglophones au pays, bien des peuples autochtones en vivent une autre, bien en marge de la société canadienne.

Les problèmes de santé et d'emplois sont nombreux. Dans les réserves, 43 % des Autochtones vivent dans des logements ayant besoin de rénovations majeures et 30 % des Inuit vivent dans des logements surpeuplés.

Le Québec célèbre la Journée des peuples autochtones depuis 1990. L'événement est devenu national en 1996, proclamé par l'ex-gouverneur général Roméo Leblanc.

La Journée nationale des peuples autochtones est un jour férié dans les Territoires-du-Nord-Ouest.

La plus grande population autochtone au pays se trouve en Ontario avec 210 000 membres Premières Nations, 86 000 Métis et 2500 Inuits.