NOUVELLES
20/06/2015 11:59 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Le suspect de la tuerie de Charleston aurait d'abord voulu attaquer un campus

COLUMBIA, États-Unis - Un ami du jeune Blanc accusé d'avoir tué neuf Noirs dans une église de la Caroline du Sud a affirmé que le suspect lui avait parlé, une semaine plus tôt, de son projet d'ouvrir le feu dans un campus universitaire de la ville.L'ami en question, Christon Scriven, un Afro-Américain, a déclaré à l'Associated Press vendredi qu'il avait cru que ces propos de Dylann Roof n'étaient que des paroles en l'air lancées lors d'une beuverie. Néanmoins, il a dit avoir été suffisamment inquiet pour aller dans la voiture du jeune homme afin de récupérer son pistolet et le cacher jusqu'à ce qu'ils aient dégrisé.M. Scriven, âgé de 22 ans, a expliqué que son ami lui avait dit qu'il voulait «faire mal à beaucoup de gens» au Collège de Charleston. Lorsqu'il a tenté de le faire parler davantage, Dylann Roof a seulement dit «dans sept jours, dans sept jours».Une semaine plus tard, selon les autorités, le jeune homme de 21 ans se serait présenté à l'Église épiscopale méthodiste africaine Emanuel, où il aurait participé à une séance d'étude biblique pendant une heure avant d'ouvrir le feu sur les participants.Les amis du suspect l'ont décrit comme un jeune homme troublé et confus qui faisait souvent la fête avec ses amis noirs, tout en se plaignant des Noirs quand il était avec ses amis blancs.Des documents judiciaires indiquent que quatre mois avant la tuerie, Dylann Roof a été arrêté dans un centre commercial de Columbia relativement à une affaire de drogue, après avoir parcouru l'endroit vêtu tout en noir en posant des questions suspectes sur la fermeture des magasins et le départ des employés le soir. Il a été arrêté de nouveau par la suite pour être entré dans le centre commercial alors qu'il lui était interdit de s'y trouver.Sur sa page Facebook, le jeune homme a publié une photo de lui portant un blouson décoré de drapeaux des anciens régimes suprémacistes blancs en Afrique du Sud et en Rhodésie, tout en comptant de nombreux Noirs parmi ses relations en ligne.Un autre de ses amis, Joey Meek, a raconté à l'Associated Press, jeudi, que Dylann s'était déjà plaint que «les Noirs sont en train de prendre le contrôle du monde» et que «quelqu'un devrait faire quelque chose pour la race blanche». Le suspect lui aurait aussi confié qu'il avait utilisé l'argent reçu de ses parents pour son anniversaire pour s'acheter un pistolet semi-automatique Glock de calibre .45.Bien qu'aucun de ses amis n'ait pris ses propos au sérieux, Christon Scriven affirme que lui-même et d'autres amis ont aujourd'hui l'impression qu'ils auraient peut-être pu empêcher la tuerie de se produire.«Je pense que tout le monde se sent coupable maintenant», a-t-il dit.