NOUVELLES
20/06/2015 13:43 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Le Mali depuis l'opération Serval

Rappel des dates-clés depuis le lancement début 2013 au Mali, à l'initiative de la France, de l'opération Serval, relayée en 2014 par l'opération Barkhane, visant les groupes jihadistes actifs dans l'ensemble de la zone sahélo-saharienne.

- OPÉRATION SERVAL -

- 11 jan 2013: La France lance l'opération Serval pour arrêter la progression des jihadistes qui contrôlent le nord du Mali, et soutenir les troupes maliennes face à la menace d'une offensive vers Bamako.

Dès le 14 janvier, les islamistes évacuent les grandes villes après des bombardements français et Paris engage des troupes au sol.

Les 26 et 28 janvier, les soldats français et maliens conquièrent le bastion islamiste de Gao (nord-est), avant d'entrer sans combat dans Tombouctou (nord-ouest). Deux jours plus tard, les forces françaises s'emparent de l'aéroport de Kidal (extrême nord-est), les soldats tchadiens "sécurisant" la ville quelques jours après.

En février, une opération est lancée dans l'Adrar des Ifoghas (extrême nord-est) et de violents combats opposent soldats français et tchadiens aux jihadistes. Fin février, un chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Abdelhamid Abou Zeïd, est tué par l'armée française.

En octobre, des soldats français, maliens et de la force de l'ONU lancent une opération dans le Nord, où les groupes jihadistes ont repris leurs attaques en septembre, après plusieurs mois d'accalmie.

- DEPLOIEMENT DE LA MINUSMA -

- 1er juil 2013: La Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) est officiellement mise en place, prenant le relais de la Misma (force panafricaine).

- ELECTION PRESIDENTIELLE -

- 11 août 2013: Ibrahim Boubacar Keïta est élu au second tour de la présidentielle (77,6%) face à Soumaïla Cissé.

- DEROUTE DE L'ARMEE A KIDAL -

- 21 mai 2014: Des groupes rebelles touareg et arabes infligent une lourde défaite à l'armée malienne à Kidal, dont ils s'assurent le contrôle. Un cessez-le-feu est signé par Bamako et trois groupes armés, dont la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

- BARKHANE REMPLACE SERVAL -

- 13 juil 2014: La force Serval est remplacée par Barkhane, une opération plus large de lutte contre le jihadisme avec 3.000 soldats français mobilisés dans cinq pays du Sahel, effective à partir du 1er août.

- ATTAQUES JIHADISTES -

- 5 jan 2015: Onze soldats sont tués dans l'attaque, revendiquée par Aqmi, d'un camp militaire à Nampala, près de la frontière mauritanienne. En octobre, neuf soldats nigériens de la Minusma avaient été tués dans une attaque jihadiste près de Gao.

- ATTENTAT DE BAMAKO -

- 7 mars 2015: Un attentat dans un restaurant au coeur de Bamako - le premier visant des Occidentaux dans la capitale - fait cinq morts, trois Maliens, un Français et un Belge.

L'attaque est revendiquée par Al-Mourabitoune, le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. La mort de ce dernier a été annoncée une fois de plus, le 14 juin dans un raid américain en Libye, mais démentie, notamment par son groupe.

- ATTAQUES REBELLES/GROUPES PRO-GOUVERNEMENTAUX -

- 27 avr 2015: Un groupe armé favorable à Bamako s'empare des positions rebelles à Ménaka (nord-est). La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, rébellion à dominante touareg) réplique par une série d'attaques. Ces affrontements, les plus meurtriers depuis un an, mettent en péril le cessez-le-feu.

- ACCORD DE PAIX SANS LES REBELLES -

- 15 mai 2015: Le gouvernement et les groupes qui le soutiennent, ainsi que la médiation internationale, signent à Bamako l'accord de paix négocié à Alger, sans les principaux groupes rebelles, qui minimisent une "signature unilatérale".

- SIGNATURE DE L'ACCORD PAR LES REBELLES -

- 5 juin 2015: La rébellion s'engage à signer l'accord le 20 juin après la signature de deux documents à Alger.

- 19 juin: après la levée par le gouvernement des mandats d'arrêt visant des dirigeants rebelles, les groupes pro-Bamako évacuent Ménaka, écartant les ultimes obstacles à la signature par la rébellion.

- 20 juin: la rébellion signe l'accord de paix à Bamako.

acm/bc/sst/dom