NOUVELLES
20/06/2015 12:28 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Israël: "quand la colonisation avance la solution à deux Etats recule" (Fabius)

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a estimé samedi que la poursuite de la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée faisait reculer les espoirs d'une solution à deux Etats dans le processus de paix israélo-palestinien.

Le ministre des Affaires étrangères s'exprimait au Caire, première étape, selon lui, d'une visite "à haute intensité diplomatique" en Egypte, Jordanie, dans les territoires palestiniens et en Israël, au cours de laquelle il entend promouvoir une initiative française pour relancer un processus de paix moribond, interrompu depuis plus d'un an.

"Ce qui est important, c'est que la négociation reprenne", a lancé M. Fabius lors d'une conférence de presse à l'issue d'entretiens avec son homologue égyptien Sameh Choukry et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

"Il faut que la sécurité d'Israël soit assurée complètement, c'est tout à fait essentiel, mais il faut en même temps que les droits des Palestiniens soient reconnus, parce que s'il n'y a pas de justice, il n'y a pas de paix. Et de ce point de vue là, quand la colonisation avance, la solution à deux Etats recule", a martelé M. Fabius.

La communauté internationale considère comme illégale la colonisation, c'est-à-dire la construction d'habitations civiles dans les territoires occupés ou annexés par Israël depuis 1967. C'est pour la communauté internationale un obstacle majeur à la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens.

"Donc, il faut --et j'aurai l'occasion d'en discuter avec le président de l'Autorité palestinienne (Mahmoud Abbas) et avec le Premier ministre israélien (Benjamin Netanyahu)-- que les uns et les autres nous disent comment ils envisagent la reprise de ces négociations", a détaillé le ministre français.

M. Fabius doit se rendre dimanche à Amman, puis à Ramallah, Jérusalem et Tel Aviv, pour son quatrième voyage dans la région depuis 2012. L'idée de l'initiative française est d'aider à la reprise des pourparlers israélo-palestiniens interrompus depuis plus d'un an sous une égide internationale et dans un calendrier précis, le tout débouchant, si possible, sur un projet de résolution des Nations unies.

gir/cbo