NOUVELLES
20/06/2015 14:05 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Grèce: les rendez-vous clés avant l'accord ou l'inconnu

Dix jours et plusieurs rendez-vous cruciaux séparent la Grèce d'une échéance de remboursement critique au FMI le 30 juin. Rater ce paiement mènerait le pays en territoire inconnu.

- 22 juin - Sommet européen exceptionnel

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, sera face aux chefs d'Etat et de gouvernement des 18 autres pays de la zone euro lors d'un sommet spécial sur la Grèce à Bruxelles.

L'objectif: jeter un pont entre les propositions de la Grèce et celles de ses créanciers (UE, BCE, FMI) sur les économies budgétaires et les réformes à mettre en oeuvre par Athènes pour obtenir l'un des derniers versements (7,2 milliards d'euros) de son deuxième plan de sauvetage.

M. Tsipras a toujours souhaité que ces questions soient décidées au niveau des dirigeants européens. Mais "jouer sur le plan politique comme le fait la Grèce, c'est évidemment à double tranchant", a relevé le ministre autrichien des Finances, Hans-Jörg Schelling. Les ministres des Finances de la zone se retrouveront pour un Eurogroupe dans l'après-midi précédant le sommet.

- 25 et 26 juin - Encore une chance au sommet européen régulier

Les 28 dirigeants de l'UE se retrouvent à Bruxelles pour un sommet prévu de longue date et dont l'agenda est bien rempli (référendum britannique, migrations). Mais s'il reste une chance de boucler un accord sur la Grèce, ce sera l'occasion. Le temps sera presque écoulé: un accord devant encore être avalisé par plusieurs parlements nationaux, dont celui d'Allemagne.

- 30 juin - Expiration des délais

C'est le jour où la Grèce doit rembourser au FMI quelque 1,5 milliard d'euros de prêts. Elle devait initialement verser cette somme en quatre échéances en juin, mais a utilisé une clause lui permettant de regrouper le paiement. La Grèce doit aussi payer environ 450 millions d'intérêts sur le même mois.

Une source grecque a indiqué à l'AFP qu'Athènes n'avait pas les fonds pour s'acquitter de ces sommes, tout en payant salaires des fonctionnaires et retraites.

Le 30 juin, expire également la prolongation du deuxième plan d'assistance internationale à la Grèce en cours depuis 2012. Ce plan, combinant versements réguliers de prêts contre programme d'assainissement budgétaire et réformes, avait été prolongé de quatre mois, en février.

La Grèce et ses créanciers discutent d'une nouvelle prolongation pour plusieurs mois, Athènes préférant un plan d'investissement et d'aide à la reprise de l'économie.

- juillet/août - L'inconnu

Il n'y aura qu'un remboursement au FMI durant ces deux mois (453,8 millions), mais d'énormes remboursements d'obligations à la BCE ou aux banques centrales européennes et un milliard d'euros d'intérêts dus en juillet et 600 millions en août.

- 20 juillet: environ 3,5 milliards d'euros aux banques centrales (2,1 mds à la BCE et 1,4 md aux banques centrales européennes)

- 20 août: environ 3,2 milliards d'euros aux banques centrales (3,02 mds à la BCE et 170 millions aux banques centrales européennes).

Le non-paiement de l'échéance du 30 juin, et à fortiori celle du 20 juillet, ne constituerait pas un défaut aux yeux des principales agences de notation car il s'agit de créanciers publics.

Mais la BCE pourrait mettre un terme aux liquidités d'urgence (ELA) accordées aux banques grecques, ce qui les mettrait dans des situations intenables, notamment si les épargnants retirent leurs fonds ("bankrun").

smk/tsz