NOUVELLES
20/06/2015 10:03 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Environ 1.800 manifestants à Berlin pour soutenir les migrants en Europe et la Grèce

Environ 1.800 personnes ont manifesté samedi à Berlin, en signe de solidarité avec les migrants en Europe et contre l'austérité en Grèce, selon la police locale interrogée par un journaliste de l'AFP.

Les manifestants étaient réunis sous le mot d'ordre "Faire l'Europe autrement", à l'appel de diverses organisations de gauche et notamment des partis allemands d'opposition Die Linke et Grünen.

Le cortège a démarré d'une place de Kreuzberg, quartier ancré à gauche, vers 12H20 GMT, a constaté sur place le photographe sur place. Il doit cheminer jusqu'à la porte de Brandebourg.

Calme, la foule était dominée par des slogans pro-migrants, en ce samedi qui coïncide avec la journée mondiale des réfugiés. "Pas de frontière, pas de nation, arrêtez la déportation " et " Dites-le fort, dites-le clairement, les réfugiés sont ici les bienvenus ", scandait-elle notamment.

Certains manifestants arboraient aussi des drapeaux grecs ou des pancartes soutenant Athènes, actuellement dans une phase critique des négociations avec ses créanciers européens et menacée de sortie de la zone euro.

"L'Europe technocratique, froide et néo-libérale dirigée par l'Allemagne est insupportable", indiquait une pancarte d'une manifestante.

D'autres mouvements de solidarité sont prévus en Europe samedi.

En Allemagne notamment, une manifestation doit avoir lieu à Munich (sud) dans l'après-midi, derrière le slogan "Solidarité avec la Grèce, ensemble contre le diktat d'austérité européen".

En Italie à Rome, une centaine de manifestants se sont rassemblés devant le Colisée sous la pluie en faveur des réfugiés, sous le mot d'ordre "Stop au massacre maintenant". Là encore, certains participants en profitaient pour exprimer leur solidarité avec la Grèce.

"Nous sommes ici pour sauver notre Europe, avec les les immigrants, les réfugiés et la Grèce y compris. L'Europe doit appartenir à tout le monde et pas juste aux Allemands et aux banques", a expliqué à l'AFP Luciano Colletta, un retraité de 66 ans.

La question de l'immigration a pris de l'ampleur ces derniers mois en Europe, après plusieurs naufrages de navires remplis d'immigrés en Méditerranée, à chaque fois avec un bilan humain très lourd.

L'Union européenne va lancer prochainement une mission navale pour lutter contre les passeurs en Méditerranée, et envisage de mettre en place des quotas pour répartir les immigrés entre pays européens. Mais cette dernière initiative de Bruxelles est loin de faire l'unanimité dans les autres capitales européennes.

rfo/ial/