NOUVELLES
20/06/2015 15:27 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Du changement à la tête de l'aile jeunesse du Parti québécois dès dimanche

MONTRÉAL - Léo Bureau-Blouin profitera du congrès du comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ), qui se tient en fin de semaine à Waterville, en Estrie, pour tirer sa révérence.Il a décidé de quitter la présidence de l'organisation pour une série de raisons.En entrevue à La Presse Canadienne, l'ancien député de la circonscription de Laval-des-Rapides a soutenu vouloir renoncer à jouer ce rôle pour pouvoir «se concentrer plus sur son travail et ses études».Il a enchaîné en disant que lorsqu'on occupe une telle fonction, il y a nécessairement «beaucoup de réunions, d'obligations et de responsabilités».Or, M. Bureau-Blouin a réalisé au fil du temps qu'il souhaitait «participer davantage à des projets ponctuels et précis [...] plutôt que d'être un représentant à proprement parler» de sa formation politique.L'ancienne figure de proue du mouvement étudiant, qui avait endossé Alexandre Cloutier lors de la récente course à la direction menée au sein du Parti québécois (PQ), n'a pas cherché à cacher que la victoire de Pierre Karl Péladeau a également influencé sa décision.«C'est sûr que ça a été un ingrédient», a-t-il reconnu. Le successeur de Léo Bureau-Blouin sera élu dès dimanche.Les jeunes péquistes auront le choix entre Ariane Cayer et Vincent-Gabriel Langlois qui sont, pour le moment, conseillère et vice-président à l'organisation au sein du CNJPQ. M. Bureau-Blouin est d'avis que la personne qui prendra sa place aura beaucoup de pain sur la planche.Selon lui, il lui faudra «contribuer à unifier le PQ, commencer déjà à préparer la prochaine élection et participer au renouvellement du discours souverainiste».D'ici la tenue du vote dont les résultats devraient être connus en fin d'avant-midi dimanche, les quelque 150 participants au congrès auront eu la possibilité d'assister à un débat entre les deux aspirants présidents et d'échanger à propos de toute une gamme de propositions.Léo Bureau-Blouin a soutenu qu'ils discuteront entre autres de santé et du système électoral.Il a spécifié qu'ils se demanderont notamment s'il y a lieu «d'instaurer des taxes sur la malbouffe et sur les boissons gazeuses pour décourager la consommation de ces produits et pour renflouer les coffres de l'État».Il a ajouté qu'ils réfléchiront à la possibilité «de réformer le mode de scrutin afin d'y intégrer une dimension proportionnelle».