NOUVELLES
20/06/2015 13:07 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Des citoyens mécontents attaquent des responsables dans le sud de la Chine

PÉKIN, Chine - La police d'une ville du sud de la Chine a arrêté 13 personnes qui auraient détenu illégalement des responsables et des policiers après avoir pris d'assaut un commissariat et un édifice gouvernemental pour protester contre la façon dont les autorités ont géré l'enquête sur la mort d'une jeune femme.Ces violences illustrent la profonde méfiance de la population face à la capacité du gouvernement local d'enquêter correctement sur les disputes et d'arbitrer les conflits.Le gouvernement du district de Shuangfeng, dans la province du Hunan, a publié vendredi un avis public demandant aux fauteurs de troubles de se présenter d'eux-mêmes aux autorités en échange de la clémence.Les violences ont suivi la mort, le 8 juin, de Cao Hui, une femme de 28 ans. Selon la version officielle, elle est morte d'un empoisonnement aux pesticides, mais ses proches n'y croient pas et exigent de savoir si son mari a joué un rôle dans sa mort, d'après le gouvernement local.Jeudi, des proches de la jeune femme et d'autres personnes ont attaqué des employés du gouvernement qui s'étaient rendus à la morgue pour collecter des preuves, poussant les hauts responsables municipaux à intervenir. Ces responsables ont été accueillis par des jets de briques et de bouteilles de bière, avant d'être retenus contre leur gré, a indiqué le gouvernement local.Le gouvernement a déployé plus de 150 policiers qui ont négocié la libération des employés du gouvernement à la fin de l'après-midi, selon les autorités.Mais la situation a dégénéré quand des centaines de résidants de la ville ont attaqué un commissariat de police, bloqué une route et crevé les pneus d'un véhicule de patrouille, empêchant les policiers de partir, toujours selon le gouvernement. Tôt vendredi matin, la foule a lancé des pierres aux policiers qui tentaient de sortir de force.Dans une mise à jour publiée tard vendredi soir, les autorités du district ont indiqué que 13 personnes avaient été arrêtées et que l'ordre avait été rétabli.