NOUVELLES
20/06/2015 03:48 EDT | Actualisé 20/06/2016 01:12 EDT

Après le défaut de 2001, les symptômes perdurent en Argentine

Le risque de défaut de paiement de la Grèce rappelle la faillite en 2001 de l'Argentine, hyper-endettée, qui avait plongé le pays dans une grave crise sociale, économique et politique, dont les symptômes subsistent.

Quand l'Argentine s'est déclarée en défaut de paiement sur 100 milliards de dollars de dette à la veille de Noël 2001, le 23 décembre, le pays était en effervescence. Après la répression sanglante de manifestations populaires, le président Fernando De La Rua (1999-2001) avait fui en hélicoptère le palais présidentiel assailli par les manifestants.

Quelques semaines plus tôt, des restrictions aux retraits bancaires avaient mis le feu aux poudres, affectant notamment la classe moyenne, qui s'était mobilisée lors de concerts de casseroles. Le chômage était de 20% et le taux de pauvreté avait passé la barre des 50%.

La 3e économie d'Amérique latine avait contracté une dette colossale, notamment durant la dictature des généraux (1976-1983), pour acheter du matériel militaire, et durant les années 1990 pour financer l'alignement à parité du peso argentin sur le dollar, un mécanisme qui voulait enrayer 40 ans d'inflation.

Des mois avant le défaut argentin, marchés et observateurs avisés avaient compris que l'Argentine était au bord de l'abîme, en raison "d'une longue récession (3 ans), d'un fort déficit budgétaire, de la parité peso-dollar et de programmes d'ajustements absurdes", énumère l'ex-ministre de l'Économie (2002-2005) Roberto Lavagna.

En 2001 et 2002, avant et après le défaut, de nombreuses entreprises ont fermé, le chômage a bondi et la dévaluation a lourdement amputé le pouvoir d'achat de la population. Après le défaut, une grande instabilité politique a fragilisé le pays: en l'espace d'une semaine, cinq présidents ont défilé au palais présidentiel.

- Phénix -

Grâce notamment à une agriculture tournée vers l'exportation permettant d'engranger des devises, le pays sud-américain a pu remonter la pente. Fin 2002, le cycle de récession a été stoppé et des entreprises fermées un an ou deux ans plus tôt, ont rouvert, redonnant un élan à l'économie.

L'Argentine doit d'abord retrouver la croissance avant de pouvoir rembourser sa dette, renaître de ses cendres, tel le Phénix. "Nous allons faire avec les moyens du bord", avait prévenu l'économiste du Plan Phénix Aldo Ferrer, l'oeil rivé sur le cours des matières premières agricoles, qui allaient exploser.

En 2003, le gouverneur méconnu d'une province dépeuplée de Patagonie, Nestor Kirchner, était élu président, adoptant une posture audacieuse face aux créanciers, pour régler la question de la dette, restée en suspens depuis fin 2001. "Jamais personne n'a jamais réussi à faire payer une dette à un mort", a-t-il dit alors à la tribune de l'Onu.

Kirchner accuse le FMI d'avoir précipité la perte de l'Argentine en soutenant les politiques libérales des présidents Carlos Menem (1989-1999) et De La Rua.

Depuis la crise, l'Argentine a soldé sa dette avec la Banque mondiale, le FMI, conclu un accord avec le club de Paris, et restructuré sa dette avec 93% de ses créanciers privés.

- Vautours -

Mais les détenteurs de 7% des créances ont refusé toute restructuration. Parmi eux, des fonds "vautours" ont fait condamner l'Argentine devant la justice américaine qui juge qu'ils doivent toucher 100% des bons, alors que 93% des investisseurs ont consenti un allègement de dette, pour permettre à l'Argentine de se redresser.

Buenos Aires doit désormais près de 7 milliards de dollars, selon le jugement d'un tribunal de New York qu'elle refuse d'appliquer.

Au contraire de l'Argentine, la Grèce est à l'abri de recours de la part de fonds "vautours", des clauses de majorité ayant été introduites dans les contrats de dette depuis l'Argentine, obligeant les investisseurs à se plier à une restructuration approuvée par une majorité de créanciers.

A l'exception de l'Uruguay, voisin très dépendant, la cessation de paiement de l'Argentine n'avait pas créé de secousses dans la région. La crise a été suivie de 10 ans de croissance à 8% de moyenne, fait remarquer Juan Pablo Ronderos, économiste du cabinet de conseil Abeceb, alors qu'un "défaut grec aurait des conséquences plus douloureuses et aurait un impact sur la zone euro et la monnaie européenne".

dm/ap/tll