NOUVELLES
19/06/2015 15:21 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Une roue défectueuse à l'origine du déraillement à Plaster Rock, selon le BST

DIEPPE, - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a dévoilé vendredi son rapport sur un déraillement de train du Canadien National (CN) qui a eu lieu l'an dernier au Nouveau-Brunswick. L'incendie spectaculaire qui s'est ensuivi avait forcé l'évacuation d'environ 150 personnes durant quatre jours.Le BST a déterminé qu’une roue défectueuse s'était brisée, causant le déraillement de 19 wagons et d'une locomotive de milieu de train à Plaster Rock, le 7 janvier 2014. Le convoi de 122 wagons transportait du pétrole brut et du gaz de pétrole liquéfiés de Toronto vers Moncton.La cause du déraillement est l'éclatement d'une roue du 13e wagon, à la suite d'une fissure de fatigue qui n'avait jamais été détectée durant les contrôles par ultrasons. «La roue rompue et la roue du côté opposé sur le même essieu ont déraillé entre les rails», a résumé le BST dans son communiqué. Selon le rapport du Bureau, les attelages d'autres wagons ont perforé deux des wagons-citernes DOT-111, construits en 1984 et en 1996. Quelque 230 000 litres de pétrole brut s'en sont déversés et ont pris feu. Les flammes étaient si intenses que les résidences situées dans un rayon de 1,6 kilomètre de l'incendie ont dû être évacuées.Même si personne n'a été blessé dans l'accident et que l'incidence sur l'environnement a été «minimale et circonscrite», l'enquêteur principal du BST pour la région de l'Atlantique, Don Ross, estime qu'il démontre la vulnérabilité des wagons-citernes DOT-111, également impliqués dans le déraillement meurtrier de Lac-Mégantic en juillet 2013.En conférence de presse, M. Ross a expliqué que les nouvelles normes de sécurité concernant les wagons-citernes DOT-111 présentées par Transport Canada en avril 2014 constituaient un pas dans la bonne direction, mais que le BST s'inquiétait du délai nécessaire pour implanter les changements proposés.«Compte tenu de la longue période de transition proposée par Transport Canada et les législateurs américains, des risques demeureront», a souligné l'enquêteur. Il a précisé que certains vieux wagons-citernes DOT-111 continueraient de transporter des liquides inflammables jusqu'en 2025.«Nous sommes préoccupés par l'échéancier de 2025, a-t-il déclaré. Nous souhaitons un calendrier plus serré. Nous pensons que l'industrie peut répondre à cette demande.»Vendredi, le CN a publié un communiqué pour souligner que l'enquête du BST avait déterminé que des mesures «appropriées et efficaces» avaient été prises pour répondre à la situation d'urgence à Plaster Rock. Un porte-parole de la compagnie ferroviaire Jim Feeny, a ajouté que le CN avait alors développé de nouveaux protocoles de communication qui sont utilisés depuis dans la majorité des incidents majeurs.