NOUVELLES
19/06/2015 16:04 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Un fils d'Oussama ben Laden a réclamé aux Etats-Unis un certificat de décès de son père

Un fils d'Oussama ben Laden a réclamé aux Etats-Unis un certificat de décès après la mort du chef d'Al-Qaïda, tué en 2011 au Pakistan par les US Navy Seals, troupes d'élite de la Marine américaine, selon un document diffusé par WikiLeaks.

Une lettre de l'ambassade des Etats-Unis à Ryad à ce propos figure parmi environ 70.000 documents baptisés les "câbles saoudiens" que Wikileaks a publiés jeudi sur son site internet.

Wikileaks précise que ces documents font partie de plus d'un demi-million de câbles et documents du ministère saoudien des Affaires étrangères et autres institutions du royaume qu'il compte publier dans les prochaines semaines.

La lettre est signée de Glen Keiser, consul général des Etats-Unis à Ryad, et adressée à Abdallah ben Laden le 9 septembre 2011, quatre mois environ après le raid américain ayant son père.

"J'ai reçu votre demande d'un certificat de décès de votre père, Oussama ben Laden", écrivait M. Keiser.

Il ajoutait que les experts légaux du département d'Etat lui avaient signifié qu'un tel document n'avait pas été émis. "Il s'agit d'une pratique courante pour les individus tués dans des opérations militaires".

M. Keiser avait, au lieu d'un certificat de décès, fourni à Abdallah ben Laden des documents de la justice américaine dans lesquels des responsables confirmaient la mort de son père, entraînant ainsi l'abandon des poursuites contre lui.

"J'espère que ces documents du gouvernement américain vous seront utiles ainsi qu'à votre famille", poursuivait le consul.

Fils d'une riche famille saoudienne, Oussama ben Laden avait été déchu de sa nationalité saoudienne en 1994.

Il était le cerveau notamment des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis où près de 3.000 personnes avaient été tuées, dont 2.753 dans l'effondrement des tours du World Trade Center à New York.

Ben Laden a été tué le 2 mai 2011 lors d'un assaut des forces spéciales américaines dans sa résidence d'Abbottabad, au Pakistan.

it/feb/cco