NOUVELLES
19/06/2015 10:44 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

UE: accord des 28 pour lancer l'opération navale contre le trafic de migrants en Méditerranée (sources concordantes)

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne lanceront lundi une mission navale en Méditerranée qui doit s'attaquer aux réseaux criminels de passeurs de migrants, et sera probablement déployée une semaine plus tard, a appris l'AFP de sources concordantes vendredi.

"Toutes les conditions sont réunies pour qu'il y ait un lancement le 22 juin par les ministres des Affaires étrangères", a indiqué une source diplomatique.

Les Etats membres ont levé tous les obstacles au lancement formel de l'opération lors d'une réunion lundi à Luxembourg des 28 chefs de la diplomatie.

Le commandant de l'opération, l'amiral italien Enrico Credendino, "est dans une position où il peut recommander lundi matin le lancement de l'opération", a précisé une source européenne.

Le plan opérationnel de cette mission baptisée "EU Navfor Med" a été adopté, a ajouté un autre diplomate. Les contributions en navires, moyens aériens et drones sont suffisantes, et la mission pourra commencer à se déployer "une semaine après la décision", a expliqué un responsable européen.

La mission est censée s'attaquer aux bateaux utilisés par les trafiquants envoyant des migrants en haute mer au péril de leur vie. Mais en l'absence d'un feu vert du Conseil de sécurité des Nations unies, elle sera limitée à ce stade à une surveillance des côtes et à une collecte et un partage accrus de renseignements sur les réseaux de passeurs.

"Les navires, avions et drones seront déployés dans le sud de la Méditerranée pour collecter du renseignement et préparer les phases futures", a expliqué le responsable européen vendredi matin.

"Mais on a vocation à aller plus loin", a assuré un diplomate, tandis qu'un second a évoqué "une première phase" destinée à "préparer une montée en puissance".

D'autres sources soulignent qu'en l'absence d'un mandat clair du Conseil de sécurité, qui demande lui-même un consentement préalable des autorités libyennes, l'opération est à ce stade "coincée" et réduite à patrouiller loin des côtes, avec une efficacité limitée.

axr/mad/ia