NOUVELLES
19/06/2015 17:03 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Meurtres et suicides d'indiens en hausse au Brésil

La violence contre les peuples indigènes est en forte hausse au Brésil : en 2014, 138 indiens ont été tués et 135 autres se sont suicidés, a dénoncé vendredi le Conseil indigéniste missionnaire (Cimi), lié à l'Eglise catholique.

Le nombre de meurtres d'indiens a augmenté de 42% par rapport à 2013 et le nombre de suicides est le plus élevé des 29 dernières années, souligne le Cimi dans son rapport annuel qui dénonce aussi le manque d'assistance médicale et de droits pour ces populations.

"On ne peut pas en établir les causes, mais ont peut voir des liens : il y a beaucoup de racisme et de rejet de la part de la population urbaine (envers les indigènes). Dans ce contexte il y a beaucoup de violence qui peut avoir des liens avec la violence auto-infligée", a déclaré à l'AFP l'anthropologue Lucia Rangel du Cimi.

Dans le cadre d'une intense activité d'exploitation illégale des ressources naturelles dans les territoires indigènes, "une des données les plus choquantes a trait à la mortalité infantile. Des données préliminaires du Secrétariat spécial de santé indigène ont enregistré 785 morts d'enfants âgés de moins de 5 ans", selon le rapport.

Cela représente une hausse de 13,2% par rapport à 2013 avec un taux de plus de 140 décès pour 1.000 enfants alors que la moyenne nationale est de 17 décès pour 1.000 dans cette tranche d'âge.

Avec un ton très critique envers les politiques gouvernementales, le rapport pointe du doigt le manque de délimitation des territoires indigènes, principale revendication de ces peuples très minoritaires.

Quelque 890.000 Indiens de 305 ethnies vivent au Brésil, sur une population de 202 millions d'habitants. Leurs terres occupent 12% du territoire, la plupart en Amazonie, mais beaucoup doivent encore être délimitées et ont été occupées par des colons.

dw/nr/cdo/hdz/tsz