NOUVELLES
19/06/2015 00:35 EDT | Actualisé 18/06/2016 01:12 EDT

Londres et Bruxelles s'allient pour attirer les touristes chinois

Bruxelles et Londres, à la lutte avec d'autres capitales européennes pour s'attirer les touristes venus de Chine, ont annoncé vendredi à Pékin que les Chinois pourraient désormais obtenir un visa d'entrée en Belgique et au Royaume-Uni en déposant un seul dossier de demande.

Le visa d'entrée pour la Belgique ouvrira au visiteur chinois - vacancier ou homme d'affaires - tout l'espace Schengen, dont ne fait pas partie le Royaume-Uni.

Avec ce projet pilote, les deux pays espèrent doper le nombre de touristes chinois à Londres et à Bruxelles, et obtenir des retombées juteuses: la capitale d'arrivée est généralement celle d'où le voyageur repart, ayant fait ses achats.

Concrètement, les touristes chinois pourront, à partir du 1er juillet, déposer un seul dossier de demande de visa dans l'un des centres de traitement britanniques à Pékin, Shanghai ou Canton, pour obtenir en retour le droit de visiter le Royaume-Uni et les 26 Etats membres de l'espace Schengen.

"Ce projet va permettre aux visiteurs chinois au Royaume-Uni et en Europe d'effectuer une démarche en une étape, qu'ils viennent pour les affaires ou les loisirs", s'est félicitée dans un communiqué la ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May.

"Nous continuerons à nous assurer que nos services de délivrance de visas sont exemplaires, afin de garantir la sécurité de nos frontières et l'ouverture au commerce de la Grande-Bretagne", a-t-elle ajouté.

"Le tourisme chinois vers la Belgique connaît ces derniers mois un développement fulgurant, avec la mise en place de plusieurs vols entre des villes chinoises et l'aéroport de Liège", a de son côté déclaré à l'AFP Michel Malherbe, ambassadeur de Belgique en Chine.

"Cette initiative belgo-britannique facilitera encore plus l'arrivée des touristes chinois, ayant la Belgique en destination principale sur leur plan de voyage européen et souhaitant également visiter le Royaume-Uni", a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni et la Belgique ont parfois pu avoir la sensation de ne récolter que des miettes du gâteau touristique chinois, la France étant le premier pays privilégié par ces visiteurs voyageant souvent en groupe.

Une vive concurrence européenne, voire mondiale, s'exerce pour attirer les touristes chinois, connus pour être dépensiers en voyage. La France, l'Espagne, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont notamment instauré des délivrances accélérées de visas pour les Chinois, avec des procédures réduites à 48, voire 24 heures.

Dans cette surenchère, la palme est revenue au président tchèque Milos Zeman qui a promis fin octobre de pousser afin que l'Europe supprime le visa obligatoire pour cette clientèle chouchoutée.

La France a accueilli l'an dernier deux millions de touristes chinois et affiche un objectif de cinq millions d'ici 2020.

Les touristes chinois ont effectué plus de 100 millions de voyages à l'étranger en 2014, un record historique et un essor appelé à se poursuivre.

seb/ple/amd