NOUVELLES
19/06/2015 06:49 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

La Tunisie ferme son consulat à Tripoli en Libye

La Tunisie a décidé de fermer son consulat à Tripoli après l'enlèvement pendant quelques jours par une milice armée de fonctionnaires consulaires dans la capitale libyenne, a annoncé vendredi le ministre des Affaires étrangères Taïeb Baccouche.

"Après cet incident grave (l'enlèvement), nous avons décidé la fermeture du consulat de Tripoli", a-t-il dit à la presse, une décision qui intervient juste après l'annonce de la libération des dix Tunisiens.

La Tunisie ne dispose plus d'ambassade à Tripoli qui est depuis 2014 sous le contrôle des milices de Fajr Libya et leur gouvernement non reconnu. Tunis avait néanmoins décidé en avril dernier d'y rouvrir un consulat, en parallèle d'un autre auprès des autorités officielles installées dans l'est de la Libye.

"Tant que la protection de nos fonctionnaires ne sera pas assurée, il n'y aura pas de réouverture. Quand la protection du consulat sera assurée, à ce moment là, nous réfléchirons à une réouverture", a souligné M. Baccouche.

Il s'exprimait à l'aérodrome militaire de L'Aouina de Tunis où les 10 fonctionnaires tunisiens enlevés le 12 juin son attendus. Sept ont été libérés vendredi matin et trois autres mercredi.

La milice liée à Fajr Libya à l'origine de l'enlèvement réclamait, selon des médias et responsables tunisiens, la libération d'un de ses chefs, Walid Glib, arrêté en mai en Tunisie.

La justice tunisienne a décidé mercredi d'expulser l'intéressé vers Tripoli. Tunis a assuré qu'il ne s'agissait pas d'un marché avec les ravisseurs.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée entre différentes milices armées. Deux gouvernements se disputent le contrôle du pays: l'un, reconnu par la communauté internationale, qui siège dans l'est du pays, l'autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya.

kl-alf/tp