NOUVELLES
19/06/2015 07:30 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

La première ministre danoise démissionne après sa défaite

COPENHAGUE - La première ministre de centre-gauche du Danemark a démissionné vendredi, ce qui permettra au leader libéral de tenter de s'entendre avec le parti anti-immigration qui est sorti grand vainqueur des élections générales de jeudi.Helle Thorning-Schmidt quittera aussi son poste de chef du Parti social démocrate. Elle a présenté sa démission à la reine Margrethe vendredi.Le Parti populaire du Danemark, une formation opposée à l'immigration et méfiante de l'Union européenne, a réalisé des gains importants lors du scrutin. Il a devancé le Parti libéral de Lars Loekke Rasmussen pour devenir le deuxième parti en importance au pays.Le bloc mené par M. Loekke Rasmussen, un ancien premier ministre, a toutefois remporté 90 sièges, ce qui lui confère la majorité au sein du Parlement. Il devra maintenant s'entendre avec le Parti populaire pour former le gouvernement, et les négociations devraient débuter au cours des prochaines heures.Avant le vote, les formations de centre-droite avaient appuyé la position du premier ministre britannique David Cameron, qui réclame une réforme de l'Union européenne. Cela pourrait vouloir dire que le Danemark commencera lui aussi à envisager une association moins contraignante avec l'UE.Le Parti populaire du Danemark réclame le retour des contrôles douaniers le long de la frontière avec l'Allemagne et la Suède. Il s'agit d'une mesure controversée qui, selon plusieurs, met en péril l'esprit d'une Europe sans frontières.Un politologue danois a prévenu que les pourparlers entre M. Loekke Rasmussen et le Parti populaire prendront plusieurs semaines. M. Loekke Rasmussen a d'ailleurs indiqué sur Facebook que les négociations seront ardues.Même si le Parti populaire a remporté plus de sièges que le Parti libéral, rien ne permet de croire que son leader, Kristian Thulesen Dahl, deviendra premier ministre.Les partis de centre-droite veulent que M. Loekke Rasmussen soit nommé premier ministre.Le taux de participation s'est chiffré à 85,8 pour cent, selon le ministère de l'Intérieur.