DIVERTISSEMENT
19/06/2015 10:15 EDT | Actualisé 19/06/2015 10:16 EDT

FrancoFolies 2015 : Marie Denise Pelletier envoûte le Gesù

Jean-Charles Labarre

La voix puissante de Marie Denise Pelletier qui pousse Pour une histoire d’un soir et Tous les cris les SOS dans l’intime salle du Gesù? De quoi faire trembler les murs du petit théâtre de la rue De Bleury. Devant un public attentif, presque recueilli, l’intense interprète a entamé de magnifique façon, jeudi, les célébrations qui souligneront ses 30 ans de carrière, l’automne prochain, avec le spectacle joliment intitulé La chanteuse a 30 ans, en marge des FrancoFolies de Montréal. Une prestation d’un soir seulement où elle a revisité ses grands succès de la manière la plus sobre et classique qui soit, et où les ovations senties se sont multipliées.

Marie Denise Pelletier n’est pas nécessairement une conteuse. C’est en faisant rouler ses cordes vocales à pleine capacité qu’elle berce les cœurs unis devant elle et, lorsqu’elle décline blagues et anecdotes, c’est simplement pour remettre les chansons dans leur contexte.

Par contre, pour faire jaillir les frissons sur la peau de ceux qui l’écoutent, la rouquine (dont la chevelure a pâli avec le temps) n’a pas son pareil. Jeudi, Marie Denise était entourée d’un pianiste, d’un contrebassiste et d’un violoncelliste et, à l’occasion, de parcelles de batterie et de basse, qui mettaient en valeur son timbre parfait et enjôleur. Debout derrière son micro ou assise sur son tabouret, la quinquagénaire, qui paraît aisément 10 ans de moins, a vibré de multiples émotions qu’elle a transmises à son auditoire toujours captif, qui ne s’est jamais fait prier pour chanter avec elle ou se lever pour quelques pas de danse. Généreuse, Marie Denise a performé pendant près de 2h30.

Celle qui, depuis les années 1980, a enregistré près de 125 morceaux, a ouvert son tour de chant avec deux pièces-maîtresses de son répertoire, Le rêve de Stella Spotlight (souvenir de Starmania) et Pourquoi chanter? L’entrée en matière allait ainsi de soi.

«Pourquoi chanter, même après 30 ans? Pour avoir le privilège de cette rencontre avec vous. Après toutes ces années, c’est encore plus précieux», a lancé Marie Denise pour souhaiter la bienvenue à ses admirateurs.

Les doux instants ont été nombreux pendant le tête-à-tête : quelques notes de Marie Denise à la flûte sur Le temps d’exister, un magnifique medley sur le thème de la mer, où ont été mariées J’ai quitté mon île et Si les bateaux, la version délicieusement jazzée de Pour une histoire d’un soir, agrémentée des éclats de saxophone de Jean-Pierre Zanella, une entraînante Danse mon bel ami, un suave pot-pourri «piano bar» anglophone, une atmosphère pleine de tendresse, où on aurait pu entendre une mouche voler, sur Manquer d’amour, un collage-hommage à Eddy Marnay, et la charmante Lettre à Marie, une composition en l’honneur de la filleule de la chanteuse.

Avec Norman et Landry

Un moment véritablement magique s’est produit lorsque Patrick Norman est venu rejoindre son amie Marie Denise, d’abord pour la seconder à la guitare sur À 17 ans, avec des touches quasi reggae, puis pour interpréter en duo avec elle la légendaire Quand on est en amour. L’assistance a fortement manifesté son appréciation dès les premiers accords, reconnaissables entre mille, et n’a pas attendu d’invitation officielle pour fredonner les mythiques paroles avec les deux artistes.

«Maudit que tu chantes bien, toi», a complimenté Patrick Norman à l’endroit de Marie Denise, sous le tonnerre d’applaudissements et de sifflements qui a suivi leur «histoire d’un soir».

Plus tard dans la soirée, un autre invité spécial, Maxime Landry, a lui aussi fait sensation auprès du parterre. Vêtu de son t-shirt rouge et d’une paire d’espadrilles de la même couleur, le garçon s’est également mérité une ovation debout après son incursion sur La mer est là, d’Alain Barrière.

On imagine que Marie Denise Pelletier doit se considérer honorée de jouir d’une telle affection du public après toutes ces années de métier. Jeudi, un spectateur est allé lui porter un bouquet de fleurs alors que le concert tirait à sa fin, un cadeau qui a galvanisé la privilégiée pour son interprétation de l’immortelle Inventer la terre. «On t’aime Marie Denise!», lui a aussi crié une femme, avant Tous les cris les SOS, dont la petite foule a entonné le refrain a capella.

Marie Denise Pelletier célébrera ses 30 ans de carrière à l’automne avec un album et une tournée. Plus de détails à ce sujet seront bientôt rendus publics.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Marie Denise Pelletier aux Francos 2015 Voyez les images