NOUVELLES
19/06/2015 10:11 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Des écoliers sherbrookois demandent à Harper de faire libérer Raif Badawi

Des élèves de cinquième année ont écrit une lettre au premier ministre Stephen Harper pour dénoncer la peine qu'a reçue le blogueur saoudien Raïf Badawi et demander sa libération.

L'idée est née de leur enseignante Sylvie Bolduc et de certains membres du personnel de l'école primaire du Boisjoli, à Sherbrooke. 

La lettre a été remise vendredi au député du NPD de la circonscription de Compton-Stanstead, Jean Rousseau, qui s'est engagé à la remettre au premier ministre Stephen Harper dans les plus brefs délais.

Les élèves espèrent que le gouvernement fédéral mettra davantage de pression sur les autorités saoudiennes afin que celles-ci libèrent Raif Badawi.

Le blogueur est emprisonné depuis déjà 3 ans et est condamné à 10 ans de prison et à 1000 coups de fouet. Il a été arrêté le 17 juin 2012 parce qu'il avait critiqué l'islam et le régime saoudien. Ce vendredi, il a échappé à nouveau à son châtiment.

Pendant que Riad maintient la peine imposée à Raif Badawi, les pressions autour du monde s'intensifient. À Sherbrooke, les vigiles organisées toutes les semaines se poursuivent devant l'hôtel de ville de Sherbrooke. Vendredi midi, on a souligné le 25e rassemblement et le troisième anniversaire d'emprisonnement de Raif Badawi. 

Lors d'un concert donné à Montréal cette semaine, le chanteur de U2, Bono, a expliqué le cas de Raif Badawi au public, après avoir rencontré sa femme, Ensaf Haidar. Il a aussi invité ses fans à signer une pétition d'Amnistie internationale qui demande au premier ministre canadien, Stephen Harper, d'en faire davantage dans ce dossier.

Jeudi, les ministres de l'Immigration et des Relations internationales, Kathleen Weil et Christine St-Pierre, ont remis à Mme Haidar un certificat de sélection du Québec pour motifs humanitaires qui a été émis au nom de son mari. Ce certificat permettra d'accélérer les procédures d'immigration s'il est libéré.

Les écrits à l'origine de sa condamnation ont d'ailleurs été publiés cette semaine dans un recueil intitulé 1000 coups de fouet. Un court texte que le blogueur a réussi à dicter à sa femme au téléphone sert de préface.