NOUVELLES
19/06/2015 07:53 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Corée du Sud: un 24e décès dû au coronavirus Mers, l'épidémie contenue

La Corée du Sud a annoncé vendredi un 24e décès dû au coronavirus Mers dont l'épidémie semblait en passe d'être contenue grâce à un plan d'action jugé "exemplaire" par l'OMS.

166 personnes ont été contaminées depuis le début de l'épidémie, la plus étendue en dehors de l'Arabie saoudite, principal foyer du coronavirus dans le monde.

Le nombre de cas nouveaux est en baisse constante depuis quelques jours de même que celui des personnes placées en quarantaine -- actuellement un peu moins de 6.000.

"Visiblement l'épidémie a commencé à refluer", a déclaré un responsable du ministère de la Santé au cours d'un point de presse régulier. "Mais il nous faut attendre de voir si de nouveaux cas surgissent" avant de proclamer officiellement la fin de l'épisode.

112 personnes étaient toujours hospitalisées tandis que 30 autres ont été déclarées guéries et ont pu rentrer chez elles.

Un village coupé du reste du monde pendant deux semaines après la contamination d'un résident de 72 ans a vu son isolement levé vendredi et ses 102 habitants autorisés à aller et venir à leur gré.

La Corée du Sud a été vertement tancée par l'OMS cette semaine pour sa gestion laborieuse de la crise: formation insuffisante des personnels médicaux, manque de transparence, lenteur dans la mise en place des mesures de contrôle dans les hôpitaux...

Mais jeudi à Séoul, la directrice de l'organisation, Margaret Chan, a pris ces critiques à rebours et délivré un satisfecit général aux autorités sanitaires sud-coréennes.

La Corée du Sud est "en très bonne voie" de triompher de l'épidémie grâce au travail "exemplaire" des agences sanitaires, a-t-elle dit.

Le coronavirus Mers est un virus plus mortifère mais moins contagieux que celui du Sras, ou syndrome respiratoire aigu sévère, qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.

Il n'existe aucun vaccin ou traitement pour ce virus, qui présente un taux de mortalité d'environ 35%, selon l'OMS.

En Arabie saoudite, plus de 950 personnes ont été contaminées depuis 2012 et 412 sont décédées.

L'épidémie s'est étendue à un nouveau pays en Asie, avec un premier cas confirmé jeudi en Thaïlande.

Originaire du sultanat d'Oman, cet homme de 75 ans s'est rendu à Bangkok pour être traité pour un problème cardiaque dans un grand hôpital populaire auprès des patients du Proche-Orient venant faire du tourisme médical en Thaïlande.

Vendredi, deux personnes de son entourage subissaient des tests et 58 membres du personnel de l'hôpital étaient en quarantaine après avoir été en contact avec ce malade.

Un Allemand décédé le 6 juin en Allemagne est jusqu'ici le premier cas mortel de l'année lié à cette maladie en Europe.

bur-tib/alc