VIVRE
19/06/2015 11:23 EDT | Actualisé 19/06/2015 11:24 EDT

Cara Delevingne se retrouve pour la première fois en solo à la Une du Vogue

Il était temps!

» Abonnez-vous à l'infolettre quotidienne du HuffPost Québec Style

Cara Delevingne se retrouve seule en une du Vogue de juillet pour la première fois.

Sur la photo, prise par Patrick Demarchelier, le mannequin et actrice de 22 ans porte une robe bourgogne, ornée de deux broches colorées. Sa chevelure brune est lâche et portée sur un seul côté, alors que son look beauté est simple et frais. Un bijou d’oreille ajoute la touche rock signature de Cara.

Dans les pages du magazine, la vedette de « Paper Towns » se confie sur le fait que le mannequinat « n’est pas assez » (Delevingne aurait quitté son agence de mannequins plus tôt ce mois-ci pour se concentrer sur sa carrière d’actrice).

« L’excitation de jouer est de rendre un personnage réel. Le mannequinat est l’opposé de la réalité. C’est être faux en face d’une caméra », a-t-elle admis à Vogue.

Cara s’est aussi ouverte au magazine sur la dépression, l’anxiété et la haine de soi en tant qu’enfant.

« C’est quelque chose que je n’avais pas dit sur la place publique avant, mais c’est une grosse partie de ce que je suis, a-t-elle dit. Tout d’un coup, j’ai été assaillie par une vague de dépression, d’anxiété et de haine. Les sentiments étaient tellement douloureux que je me tapais la tête sur un arbre pour essayer de m’assommer. Je ne me suis jamais coupée, mais je me suis grafignée au point de saigner. Je voulais seulement me dématérialiser et être balayée. »

En ce qui concerne sa vie amoureuse et sa sexualité, elle révèle s’être sentie confuse plus jeune et que la « possibilité d’être gaie l’effrayait ».

« Ça m’a pris du temps pour accepter l’idée, jusqu’à ce que je tombe amoureuse d’une fille à 20 ans et reconnaisse que je devais l’accepter, a-t-elle expliqué. Mais je ne fais que des rêves érotiques qui impliquent des hommes. J’en ai eu un il y a deux nuits, où je me jetais sur un homme sur la banquette arrière d’une minifourgonnette, alors que ses amis étaient autour de lui. »

Elle crédite sa copine actuelle, Annie Clark (alias St. Vincent), pour l’avoir aidée à s’accepter. « Je pense que d’être en amour avec ma copine est en grande partie responsable du bonheur que je ressens et du fait que je me sente heureuse d’être qui je suis. Et pour que ces mots sortent de ma bouche, ça prenait un miracle. »

Rendez-vous sur le Vogue.com pour lire l’entrevue complète. Le magazine sera en kiosque le 23 juin prochain.