NOUVELLES
19/06/2015 19:12 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Brésil: Un médium connu assassiné à Rio, la tombe d'un autre profanée

Un médium d'un important centre de spiritisme de Rio, fréquenté par de nombreux personnalités, a été assassiné vendredi tandis que la tombe du plus célèbre médium brésilien Chico Xavier a été profanée à Uberaba, dans l'Etat du Minas Gerais, a indiqué la police.

La police a annoncé l'ouverture d'une enquête sur ces deux affaires qui s'inscrivent dans une vague de violences inter-religieuses survenue ces derniers jours, notamment à Rio et attribuée à des Evangéliques.

Le corps du médium Gilberto Arruda, 73 ans, a été retrouvé ligoté, le visage tuméfié dans le Centre spirite "Lar de Frei Luiz", situé à Jacarepagua, un quartier dans la zone ouest de Rio, a indiqué vendredi la police.

Arruda pratiquait des "chirurgies spirituelles" et recevait l'esprit d'un médecin allemand, Frederick Von Stein, qui a fait partie de l'armée allemande pendant la deuxième guerre mondiale, selon la presse locale.

L'ex-champion de tennis brésilien Gustavo Kuerten, alias "Guga" a déjà fréquenté ce centre où il a subi une "opération spirituelle" de la colonne vertébrale, selon la même source.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les parois en verre blindé de la tombe de Chico Xavier, mort à 92 ans en 2002, qui reçoit des milliers de visites annuellement dans le cimetière d'Uberaba, ont été endommagées à plusieurs endroits.

Très respecté au Brésil, Chico Xavier a popularisé dans le pays la doctrine spirite, du nom de la doctrine fondée au 19e siècle par le Français Allan Kardec.

En 1981, le Brésil avait officiellement proposé Chico Xavier comme candidat au Prix Nobel de la Paix.

Dans les deux cas, les policiers n'ont aucune piste pour le moment.

Dimanche, une fillette de 11 ans adepte du Candomblé (rite afro-brésilien) a été agressée à coups de pierres devant son lieu de culte par des Évangéliques à Rio et jeudi, un autre centre "spirite" a été attaqué à coups de pierres par trois hommes qui brandissaient des Bibles.

"Quand nous voyons des signes d'intolérance religieuses dans notre ville, cela est très préoccupant. J'appelle la société à voir que la culture brésilienne a toujours été celle de l'entente, de la fraternité (...) je suis sûr que ces agresseurs sont une minorité, ce ne sont pas des chrétiens", a déclaré vendredi l'archevêque de Rio, Mgr Orani Tempesta, qui a reçu la fillette de 11 ans à l'archevêché avec des membres de la Commission de lutte contre l'intolérance religieuse de Rio.

cdo/tll