NOUVELLES
19/06/2015 09:43 EDT | Actualisé 19/06/2016 01:12 EDT

Amnistie internationale demande au Cameroun de libérer 84 enfants

DAKAR, Sénégal - Le Cameroun détient depuis plusieurs mois et sans accusations 84 enfants — dont certains âgés de seulement cinq ans — après que les enseignants de l'école coranique qu'ils fréquentaient aient été accusés de gérer des camps terroristes, a dit vendredi Amnistie internationale.L'organisation internationale de défense des droits de la personne a demandé au Cameroun de libérer immédiatement les enfants et leurs parents, puisqu'ils sont presque tous trop jeunes pour faire l'objet d'accusations criminelles.Les perquisitions menées dans le nord du pays s'inscrivent dans le cadre de la lutte au groupe djihadiste nigérian Boko Haram.Un porte-parole du gouvernement n'a pas immédiatement réagi au rapport d'Amnistie, mais une conférence de presse pourrait être organisée lundi.Boko Haram lutte depuis six ans pour créer un califat islamique.Les forces camerounaises ont arrêté en décembre 84 enfants et 43 hommes dans la ville de Guirvidig, dans le nord du pays. Ils ont accusé les enseignants d'utiliser les écoles pour camoufler des camps d'entraînement pour Boko Haram, selon Amnistie.Un enfant a raconté au groupe que les soldats ont malmené les professeurs, dont certains étaient ensanglantés. Les soldats auraient aussi menacé de creuser des tombes et de les jeter dedans.Le centre où sont détenus les enfants — dans la ville de Maroua, dans le nord du pays — commence à manquer de vivre, prévient Amnistie.Le Cameroun essaie d'empêcher les habitants du nord du pays de se rallier à Boko Haram.