NOUVELLES
17/06/2015 13:24 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Yassine Rachik, champion d'Italie enfin naturalisé

Il aura fallu une pétition et l'intervention du président de la République pour que Yassine Rachik, 22 ans, multiple champion d'Italie en cross et demi-fond chez les jeunes, devienne enfin Italien, après un parcours illustrant les difficultés des enfants d'étrangers dans la péninsule.

"Cela a été une dure bataille, a-t-il confié, ému, en conférence de presse mercredi à Rome, deux jours après avoir juré sur la Constitution italienne. Je n'arrive toujours pas à croire que je suis devenu italien".

Né au Maroc, Yassine est arrivé en Italie à l'âge de 10 ans et a grandi à Bergame (nord-est). Mais il était déjà majeur quand son père a obtenu la nationalité italienne, qui n'a pu être transmise qu'à ses frères encore mineurs.

Et sa propre demande n'avançait pas, alors que dans le même temps, la fédération italienne d'athlétisme l'autorisait à collectionner les titres nationaux dans les catégories de jeunes puis chez les moins de 23 ans: 3.000 m, 5.000 m, 10.000 m, cross, 10 km route et semi-marathon en 2014.

Alors en mai, Khalid Chaouki, député du Parti démocrate (PD), a lancé une pétition sur internet qui a reçu plus de 21.000 signatures en quelques semaines, poussant le président Sergio Matarella à intervenir en faveur du jeune athlète.

"A partir de cette histoire positive qui est un symbole, nous voulons rouvrir le débat, a déclaré M. Chaouki lors de la conférence de presse. Les règles ne sont plus cohérentes avec ce qu'est l'Italie aujourd'hui".

"Plus de 5 millions d'étrangers vivent en Italie et beaucoup y sont nés ou y ont grandi. Il y a des milliers de nouveaux Italiens qui tentent d'obtenir la citoyenneté depuis bien trop longtemps", a ajouté le député Antonio Misiani (PD), alors que les députés doivent examiner une série de propositions de réforme de la loi sur la citoyenneté, en particulier sur le droit du sol.

Désormais, Yassine Rachik va pouvoir porter les couleurs de l'Italie et viser des médailles européennes. Et, pourquoi pas, rêver aux jeux Olympiques. "J'espère y être", a-t-il glissé, les yeux brillants.

str/fcc/gv