NOUVELLES
17/06/2015 10:04 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Wall Street ouvre en légère hausse, attentive à la Fed et la Grèce

Wall Street a ouvert en petite hausse mercredi, sans prendre de gros risques avant une décision de la banque centrale américaine (Fed), dans un climat marqué aussi par les incertitudes sur la Grèce: le Dow Jones prenait 0,28% et le Nasdaq 0,29%.

Vers 14H45 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 50,14 points à 17.954,62 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 14,63 points à 5.070,24 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, avançait de 0,26%, soit 5,42 points, à 2.101,71 points.

Mardi, la Bourse de New York avait progressé, épousant une nouvelle fois la tendance des Bourses européennes, en attendant déjà d'y voir plus clair dans le dossier de la dette grecque: le Dow Jones avait gagné 0,64% à 17.904,48 points, et le Nasdaq 0,51% à 5.055,55 points.

Désormais, Wall Street "poursuit sa hausse d'hier, avant une décision de politique monétaire que rendra aujourd'hui la Fed", ont mis en avant les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Les marchés comptent sur la banque centrale, qui publiera un communiqué à 18H00 GMT à l'issue d'une réunion de deux jours, pour donner des signes sur le calendrier qu'elle suivra pour relever ses taux d'intérêt, actuellement presque nuls, et commencer ainsi à retirer un important soutien à l'économie.

"De toute évidence, le comité monétaire ne va pas relever ses taux aujourd'hui, mais, s'il emploie des termes qui laissent penser qu'il est nettement favorable à une hausse avant la fin de l'année, voire du troisième trimestre, le marché va se fixer là-dessus", a prévenu Patrick O'Hare, de Briefing.

"Ce qui sera le centre d'attention, c'est à quel point le comité perçoit les indicateurs les plus récents sur l'économie, dont de bons chiffres sur le chômage et les ventes de détail en mai, comme les signes d'un décollage" et donc un encouragement à normaliser sa politique monétaire, a conclu M. O'Hare.

Par ailleurs, sur le plan international, "la Bourse américaine se détourne des incertitudes persistantes sur un défaut de la Grèce et une éventuelle sortie du pays de l'euro", ont noté les experts de Charles Schwab.

Avant un nouvel Eurogroupe sur la crise grecque sans perspective d'accord avec les créanciers du pays, la fermeté du Premier ministre Alexis Tsipras semble inébranlable malgré une mise en garde alarmiste de la Banque centrale sur le risque de sortie de la monnaie unique, voire de l'Union européenne (UE).

Le marché obligataire se repliait de nouveau, le rendement des bons à dix ans montant à 2,342% contre 2,313% mardi soir et celui des bons à 30 ans à 3,087% contre 3,042% la veille.

jdy/jld/are