NOUVELLES
17/06/2015 03:32 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Scandale des devises: la Corée du Sud ouvre une enquête

Le régulateur sud-coréen a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur des soupçons de manipulation des changes de la part de banques internationales à la suite d'informations de presse mettant en cause six grands établissements financiers.

Au cours d'une audition parlementaire, le patron de la Commission de la concurrence (FTC), Jeong Jae-Chan, a indiqué que J.P. Morgan et cinq autres banques étrangères étaient dans le collimateur de ses services.

"Nous cherchons à savoir dans quelle mesure (leur) entente sur le cours des devises étrangères a pu affecter l'économie locale", a-t-il dit.

Il n'a pas fourni d'autres détails mais selon le Seoul Economic Daily, les banques visées sont Barclays, Bank of America, Citigroup, JP Morgan Chase, Royal Bank of Scotland et UBS.

La Commission de la concurrence cherche à déterminer si des manipulations des cours du dollar américain, de l'euro et des marchés dérivés auraient pu nuire aux intérêts des institutions financières et entreprises sud-coréennes, a précisé un porte-parole de la FTC.

Le mois dernier, les régulateurs américain et britannique ont infligé près de six milliards de dollars d'amende à ces six grandes banques internationales. Elles sont accusé d'avoir manipulé des taux de change entre 2007 et 2013 ou de manipulation du taux d'intérêt interbancaire Libor.

En mai, la Commission de la concurrence sud-africaine avait également annoncé l'ouverture d'une enquête contre plusieurs grandes banques internationales, dont JP Morgan, Chase, Barclays, Citigroup et BNP Paribas, pour manipulation présumée du marché des changes sur le rand sud-africain.

lim/dan/ev-gab/ros

BARCLAYS

BANK OF AMERICA

CITIGROUP

J.P. MORGAN CHASE & CO

ROYAL BANK OF SCOTLAND GROUP

UBS GROUP AG

BNP PARIBAS