NOUVELLES
17/06/2015 15:45 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Ramadi est tombée à cause d'un commandant irakien (général britannique)

La ville de Ramadi est tombée aux mains du groupe Etat islamique (EI) parce qu'un commandant de l'armée irakienne a donné l'ordre à ses hommes de s'en retirer, a accusé mercredi un général de brigade britannique.

"En d'autres termes, s'il avait choisi de rester, il serait encore là-bas aujourd'hui", a dit Christopher Ghika, qui participe à la coalition internationale antijihadistes, devant des journalistes à Bagdad.

Ramadi, capitale d'Al-Anbar, la plus grande province d'Irak contrôlée en grande majorité par l'EI, est tombée le 17 mai. Depuis, les forces irakiennes appuyées par la coalition et des milices chiites cherchent à la reprendre.

"Ramadi n'est pas une victoire de Daech (un acronyme en arabe de l'EI)", a-t-il martelé, allant jusqu'à désigner le coupable à ses yeux, "le commandant des opérations à Al-Anbar".

Le général Mohammed Khalaf al-Fahdawi, qui agissait par intérim à la place du commandant blessé lorsque Ramadi est tombée, a refusé de réagir à ces accusations, affirmant ne pas avoir l'autorisation de s'exprimer sur le sujet.

Depuis la prise de Ramadi, les accusations fusent pour désigner un coupable.

Depuis qu'ils ont lancé leur offensive en Irak il y a un an, les jihadistes se sont emparés de près d'un tiers du pays, sans que les frappes de la coalition ne parviennent à les arrêter.

wd/cbo/tp