NOUVELLES
17/06/2015 15:29 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Quito examine la demande suédoise d'entendre Assange dans son ambassade à Londres

L'Équateur examine la demande de la justice suédoise pour entendre dans son ambassade de Londres le fondateur de WikiLeaks Julian Assange pour des affaires d'agression sexuelle et viol, a annoncé mercredi le gouvernement de Quito.

"En ce moment, les autorités équatoriennes sont en train d'examiner cette demande dans un esprit de coopération judiciaire", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La décision du gouvernement sera prise conformément au "droit international" et de la "juridiction équatorienne en matière de droit d'asile", a ajouté le ministère, précisant que l'ambassade d'Équateur à Stockholm avait déjà été approchée par les autorités suédoises pour préparer cette audition à Londres.

Le parquet suédois a annoncé lundi avoir déposé une demande auprès des autorités britanniques et équatoriennes pour entendre M. Assange dans l'ambassade à Londres, où ce dernier s'est réfugié depuis le mois de juin 2012.

L'Australien de 43 ans nie les accusations portées contre lui par deux Suédoises âgées d'une trentaine d'années et affirme que les relations sexuelles étaient consenties.

Mais il craint, s'il se rend en Suède, d'être extradé ensuite vers les États-Unis pour y répondre de la publication par son site d'un demi-million de documents classés secret défense. Une inquiétude partagée par le président équatorien Rafael Correa, un dirigeant socialiste aux relations conflictuelles avec Washington.

En mai, la Cour suprême suédoise avait rejeté l'appel du fondateur de WikiLeaks qui demandait l'annulation du mandat d'arrêt à son encontre. S'il tentait de quitter l'ambassade d'Équateur à Londres, M. Assange serait immédiatement arrêté et livré à la Suède.

SP/pz/ai